Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Santé

Québec serait sur le point de déployer un programme de dépistage du cancer colorectal

durée 10h00
26 avril 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le ministre de la Santé Christian Dubé a révélé à l'occasion de l'étude des crédits budgétaires, mardi soir, qu'une annonce aurait lieu «très rapidement» concernant le déploiement d'un programme de dépistage systématique du cancer colorectal au Québec.

Lors d'un échange, le porte-parole libéral en matière de Santé André Fortin a rappelé au ministre qu'une motion a été adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale au début du mois pour forcer le gouvernement à lancer un programme national avant la fin de son mandat.

«Je pense qu'on va aller un peu plus rapidement et qu'on va faire une annonce sous peu», a répondu Christian Dubé.

Pour expliquer le délai qui persiste et qui empêche d'aller de l'avant, le ministre a évoqué l'état des systèmes informatiques du ministère. Il a tout de même insisté sur le fait qu'il voulait prendre «des mesures à très court terme».

Le principe que souhaite adopter le ministre dans son programme de dépistage systématique serait celui d'une ordonnance collective accordée de manière automatique à toutes les Québécoises et à tous les Québécois le jour de leur 50e anniversaire.

De manière concrète, les Québécois recevraient un courriel pour leur souhaiter un joyeux 50e anniversaire et la missive serait accompagnée d'une invitation à se rendre en pharmacie pour obtenir un test de dépistage du cancer colorectal.

Comme le rapportait La Presse Canadienne le mois dernier, le Québec est la seule province qui n’offre pas d’accès sur demande à des tests préventifs de dépistage. Pour obtenir un test, il faut d’abord se procurer une ordonnance auprès d’un médecin ou d’une infirmière praticienne spécialisée.

Le test le plus commun consiste en un simple prélèvement d’échantillon de selles que l’on effectue à la maison. L’échantillon est ensuite analysé en laboratoire pour y vérifier s’il y a présence de sang.

Chaque année, 2550 Québécois meurent des suites d’un cancer colorectal. Cette statistique en fait le deuxième cancer le plus meurtrier au Québec alors que cette maladie est pourtant évitable, traitable et guérissable selon les spécialistes.

Dans le cas du cancer du côlon, une lésion repérée à temps peut être traitée afin de prévenir le développement d'un cancer. De plus, si la maladie est diagnostiquée au moment des stades précoces, le taux de survie s'élève à 90 %, d'après les données de la Société canadienne du cancer.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


17 mai 2024

La majorité des Canadiens appuient l'avortement, selon un sondage

Huit Canadiens sur dix – dont près de neuf Québécois sur dix – soutiennent le droit des femmes à l'avortement et deux sur trois ne veulent pas que la disposition de dérogation soit utilisée pour restreindre l'accès à ce service, selon un nouveau sondage. Le sondage de la firme Léger suggère également que le soutien à l'idée qu'une province ...

17 mai 2024

Québec veut déployer une «équipe volante publique» pour les besoins criants en santé

Le gouvernement du Québec dit vouloir déployer prochainement une «équipe volante publique» de professionnels de la santé pour faire face aux besoins critiques dans certaines régions, une approche qui s'inscrit dans la volonté de contrer l'utilisation des agences. L'équipe serait déployée d'abord en Abitibi-Témiscamingue et sur la Côte-Nord, où de ...

16 mai 2024

SCHL: le Canada devrait pouvoir construire au moins 130 000 logements de plus

Avec les ressources dont il dispose, le Canada devrait pouvoir construire de 130 000 à 225 000 logements de plus chaque année, soutient la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Mathieu Laberge, premier vice-président, Économie et perspectives de l'habitation, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement, affirme que le ...