Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Blatter et Platini réitèrent qu'ils n'ont pas commis de fraude envers la FIFA

durée 10h52
9 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

BELLINZONE, Suisse — Sepp Blatter et Michel Platini ont fermement réitéré leur innocence en interrogatoire au deuxième jour du procès pénal des anciens dirigeants du soccer, accusés d'avoir fraudé la FIFA.

Blatter devait témoigner mercredi, mais l'ancien président de la FIFA a déclaré qu'il était gêné par des douleurs à la poitrine et a demandé de répondre le lendemain matin.

«Je me sens beaucoup mieux, merci», a déclaré au début de l'audience Blatter, qui est âgé de 86 ans.

Le règne de 17 ans de Blatter comme président a pris fin en juin 2015, lorsqu'il a démissionné au milieu d'un scandale de corruption. Quelques mois plus tard, les procureurs fédéraux en Suisse ont révélé leur enquête sur un paiement de deux millions $ de la FIFA à Platini, quatre ans plus tôt.

Les retombées de l'affaire ont mis fin à la campagne de Platini pour succéder à son ancien mentor et ont coûté au grand footballeur français la présidence de l'UEFA.

Tous deux ont longtemps nié les actes répréhensibles et affirment avoir conclu un accord verbal en 1998 pour que Platini reçoive un million de francs suisses pour servir de conseiller à Blatter, s'il était élu président de la FIFA. 

Cette défense a d'abord échoué avec les juges du comité d'éthique de la FIFA, qui les a bannis du soccer, et dans des appels séparés au Tribunal arbitral du sport.

Le contrat de Platini avec la FIFA, signé en août 1999, était de 300 000 francs suisses (312 000 $) par an et antidaté à janvier. On prétend que Blatter a déclaré qu'il ne paierait que le même montant que le secrétaire général de la FIFA à l'époque, et a promis le solde plus tard.

«Dans le contrat verbal, nous n'avons pas déterminé la date à laquelle il l'obtiendrait, c'était un contrat entre hommes, et nous avons commencé à travailler immédiatement. Je ne lui ai pas donné de date précise quand il l'obtiendrait», a déclaré Blatter.

«Lorsque j'ai été élu président de la FIFA, nous avions un mauvais équilibre (financier). … À l'époque, je n'avais aucune idée (quand le paiement serait effectué), j'avais simplement cet homme avec moi et il valait ce million, mais je ne savais pas quand et comment il l'obtiendrait.»

Platini a soutenu les commentaires de Blatter dans son témoignage. Et a affirmé qu'il aurait dû être payé plus mais qu'il a mal calculé l'écart entre le montant promis et son salaire des quatre ans comme conseiller.

«J'ai fait une erreur. J'étais convaincu que le salaire était de 500 000 $ et je m'en suis rendu compte lorsque le procureur m'a montré le contrat. Mais la FIFA savait qu'ils m'avaient trompé», a dit Platini.

On a demandé à Platini, âgé de 66 ans, pourquoi il a attendu jusqu'en 2011 pour envoyer à la FIFA une facture pour l'argent prétendument dû. 

La facture est intervenue peu de temps après que la FIFA ait versé une indemnité à sept chiffres à Jérôme Champagne, un ancien diplomate français qui a été évincé en tant qu'assistant de Blatter.

«J'ai fait confiance au président et je savais qu'un jour ou l'autre il me paierait. Je ne conclurais pas un accord avec le président sans lui faire confiance, a déclaré Platini. Ce n'était pas vital pour moi cet argent. Ce qui était vital, c'était la parole du président de la FIFA.

« J'ai des principes. Je ne vais pas demander de l'argent à quelqu'un qui m'en doit. C'est juste que j'ai su que la FIFA avait versé deux gros paiements à des employés qui partaient. Je me suis alors dit que ce serait bien qu'ils se souviennent qu'ils me devaient de l'argent.»

Le procès doit durer 11 jours et les trois juges fédéraux saisis de l'affaire doivent rendre leur verdict le 8 juillet. 

Blatter et Platini risquent chacun jusqu'à cinq ans de prison, mais des peines avec sursis sont une option probable.

Daniella Matar, The Associated Press