Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Décriminalisation des drogues: il n'y a pas de solution mur-à-mur, dit Trudeau

durée 11h09
1 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau envoie le signal que son conseil des ministres votera contre un projet de loi qui décriminaliserait au niveau national la possession de petites quantités de drogues, plaidant qu’il faut y aller par étape plutôt que par un coup de «baguette magique» pancanadien.

La pièce législative en question proposée par le Nouveau Parti démocratique (NPD), C-216, doit être soumise à un vote mercredi après-midi, au lendemain de l’annonce du gouvernement de Justin Trudeau qu’il acquiesçait à la demande de la Colombie-Britannique pour ce type de décriminalisation à l’échelle de sa province.

Le premier ministre a soutenu, mercredi avant de se rendre à une réunion de son conseil des ministres, qu’il préconise plutôt une approche graduelle pour répondre à chacune des demandes de décriminalisation visant à répondre à la crise des surdoses par opioïdes. La Ville de Montréal en a fait la demande.

«Ça prend des appuis. Ça prend une approche complexe et (maintenant qu’on aura) ça en Colombie-Britannique, on est prêts à regarder ailleurs dans d’autres juridictions qui veulent le faire», a-t-il dit en mêlée de presse.

«On ne peut pas tout simplement secouer une baguette magique et dire ‘’OK, voilà, le problème est réglé’’. Non! On sait que ça prend des appuis, des investissements du provincial, des systèmes de santé (prêts)... (et) une approche intégrée», a-t-il ajouté.

Le whip des libéraux, Steven MacKinnon, a rappelé que le caucus libéral peut voter librement sur des projets de loi comme le C-216, qui ne constitue pas un vote de confiance, mais que le conseil des ministres se prononcera de façon unie.

Déjà, mardi, le NPD pressait les libéraux de voter pour leur projet de loi C-216 afin de répondre à la crise des surdoses aux opioïdes, qui, a plaidé le parti, est d'envergure nationale.

Émilie Bergeron, La Presse Canadienne