Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Des religieuses veulent léguer des archives de pensionnats à un musée de C.-B.

durée 21h43
1 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

VICTORIA — La congrégation de religieuses ayant fourni le personnel de nombreux pensionnats pour Autochtones et de dix hôpitaux en Colombie-Britannique sur une période de plus de 160 ans veut léguer ses archives au musée royal de la Colombie-Britannique.

Une annonce en ce sens a été publiée mercredi dans un communiqué conjoint du musée et des Sœurs de Sainte-Anne. Les documents doivent être transférés sous peu et pourront ainsi être numérisés par le musée.

La PDG du musée, Alicia Dubois, a souligné qu'un accès transparent aux archives complètes des pensionnats est essentiel au processus de vérité et réconciliation au pays.

Les membres de la congrégation religieuse ont travaillé au pensionnat de Kamloops, où la Première nation a réclamé l'accès à davantage de documents afin de l'aider dans l'identification des restes de centaines d'enfants que l'on croit avoir découverts dans des sépultures anonymes près de l'ancien établissement.

D'après le communiqué publié mercredi, les sœurs vont payer un archiviste afin de faciliter la gestion du processus de transfert des documents alors que le musée sera responsable de permettre l'accès à l'information aux survivants, aux membres de leurs familles et aux communautés autochtones.

Sœur Marie Zarowny, présidente des Sœurs de Sainte-Anne, a dit reconnaître que l'accès aux documents d'archives n'est qu'un simple pas de plus vers la réconciliation avec les peuples autochtones.

«Notre souhait est que le transfert des documents et leur numérisation puissent contribuer à une meilleure compréhension de ce qui s'est passé dans le système des pensionnats ainsi que du mal et du traumatisme qu'ont subi les élèves», a-t-elle dit.

La première nation de Tk’emlups te Secwepemc a annoncé l'an dernier avoir repéré ce qui semble être les sépultures non identifiées d'environ 215 enfants près du site de l'ancien pensionnat de Kamloops. Une histoire qui était connue de génération en génération par des familles dont les enfants ne sont jamais rentrés à la maison, a souligné le chef de la première nation. 

Les Sœurs de Sainte-Anne avaient fourni tous les documents qu'elles possédaient en lien avec les pensionnats à la Commission vérité et réconciliation en 2012. Elles ont ensuite commencé à collaborer avec le musée en juin dernier pour procéder à une cession de leurs archives afin de les rendre publiques.

La Presse Canadienne