Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le Canada et le Danemark mettent fin à leur guerre de drapeaux sur l'île de Hans

durée 06h44
14 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

OTTAWA — Une entente aurait été conclue entre le Canada et le Danemark au sujet de l'île de Hans, un rocher de 1,3 kilomètre carré situé dans l'Arctique et qui oppose les deux États depuis des décennies.

Le ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, a confirmé qu'un accord officiel doit être signé mardi au sujet de la juridiction sur l'île de Hans. On s'attend à ce que l'entente mène à une copropriété de l'île inhabitée. Le territoire serait partagé entre l'île canadienne d'Ellesmere, au Nunavut, et le Groenland, un territoire autonome danois.

Le ministre Vandal a déclaré aux journalistes, lundi, qu'il «avait hâte» de signer cet accord et qu'il participerait à la cérémonie.

Il a souligné que «des discussions ont cours depuis très longtemps» et que «le plus important est qu'on en soit arrivé à une entente».

«Je crois que c'est très positif étant donné la situation mondiale actuelle», a-t-il mentionné.

Grâce à cette entente, le Canada et le Danemark pourraient partager une frontière terrestre pour la toute première fois.

Le conflit au sujet de cette petite île a mené à plusieurs jeux de chamaillerie bon enfant depuis la décennie 1980 pour déterminer auquel des deux pays revient l'île.

En 1984, le Canada a planté un drapeau sur l'île et y a laissé une bouteille de whisky canadien. Plus tard, cette année-là, le ministre danois des Affaires du Groenland a visité l'endroit par hélicoptère et a planté à son tour un drapeau danois. Il a également laissé une bouteille d'aquavit, un spiritueux danois. Il aurait aussi écrit une note disant «bienvenue sur l'île danoise».

Puis, en 1988, un navire de patrouille de l'océan arctique danois s'est rendu jusqu'à l'île. L'équipage a alors construit un amas de pierres auquel ils ont ajouté un drapeau danois.

En 2001, un géologue canadien chargé de cartographier l'île d'Ellesmere a effectué un vol d'hélicoptère jusque sur l'île de Hans. 

Finalement, en 2005, le ministre canadien de la Défense, Bill Graham, est allé marcher sur le rocher dans un geste symbolique. Une semaine plus tôt, les Forces armées canadiennes s'y étaient rendues pour installer un drapeau et une plaque sur l'île, ce qui avait suscité de vives réactions du Danemark qui avait convoqué l'ambassadeur canadien.

Cette même année, les deux États ont convenu de relancer les négociations. Le premier ministre danois de l'époque, Anders Fogh Rasmussen avait déclaré qu'il était «temps de mettre fin à cette guerre de drapeaux».

Les deux pays s'étaient entendus sur le fait qu'en cas d'impossibilité de s'entendre, ils feraient appel à la Cour internationale de justice de La Haye pour résoudre l'affaire.

L'île appelée Tartupaluk, en inuktitut et en groenlandais, est un lieu de chasse inuit depuis des siècles.

Marie Woolf, La Presse Canadienne