Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le défenseur étoile Cale Makar repousse les limites chez l'Avalanche du Colorado

durée 16h05
3 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

DENVER — Connor McDavid a récupéré le disque à sa ligne bleue et a rapidement détalé. 

Après moins d'une minute de jeu dans le match no 2 de la série finale de l'Association Ouest, le seul obstacle qui se dressait devant le capitaine des Oilers d'Edmonton — et un autre fait saillant spectaculaire du joueur étoile — était Cale Makar. 

Le défenseur de l'Avalanche du Colorado s'est mis à accélérer à reculons avant d'effectuer son pivot, d'amener McDavid contre la rampe et de le harponner pour qu'il perde le contrôle du disque. 

Les milliers de spectateurs au Ball Arena, et les millions d'autres dans leurs salons, s'attendaient probablement à un résultat différent.

Mais pas Gary Makar. 

«Je ne suis pas surpris, a dit le père de Cale en entretien téléphonique vendredi. Je connais son explosion. C'était bien de le voir être en mesure de relever le défi.»

C'est ce qu'a fait Makar toute sa vie — toujours à son propre rythme.

«C'est étrange d'être son père et de dire 'Parfait', a ajouté Gary Makar au sujet de la séquence avec McDavid. Mais dans sa tête ç'aurait été formidable. 

«Pour lui, c'est une opportunité. Merveilleux. Montre-moi ce que tu as dans le ventre, et vice-versa. C'est un jeu à l'intérieur du jeu.»

Cale Makar a repoussé ses propres limites lors des séries éliminatoires de 2022, et l'Avalanche n'est plus qu'à deux victoires d'accéder à la série finale de la Coupe Stanley pour la première fois en plus de deux décennies. 

Le hockeyeur albertain originaire de 23 ans mène une jeune équipe rapide et talentueuse, qui compte notamment sur la présence de Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen, qui a amassé 17 points en 12 parties jusqu'ici. 

Et il a atteint ce stade-ci en choisissant un chemin inhabituel. 

Makar, jadis un adolescent plutôt frêle, a choisi de ne pas faire le saut dans la Ligue de hockey junior de l'Ouest (WHL), optant plutôt pour le circuit provincial junior de l'Alberta. Il s'est ensuite dirigé vers l'Université du Massachusetts Amherst, dans la NCAA, après avoir été sélectionné par l'Avalanche au quatrième rang du repêchage de la LNH en 2017.

Le club du Colorado souhaitait ensuite qu'il rejoigne l'équipe après sa saison recrue dans les rangs universitaires américains, ce qu'a refusé de faire Makar. 

Il a progressé à son propre rythme — que ce soit vite ou lent —, en fonction de la situation.

«Ç'a été fait de manière très logique, a expliqué Gary Makar, dont le fils cadet, Taylor, vient de terminer sa première saison avec l'Université du Massachusetts Amherst. Où en sommes-nous aujourd'hui? Où voulons-nous nous rendre? Comment allons-nous nous y rendre?»

Le chemin tortueux qu'a choisi Cale, qui mesure cinq pieds 11 pouces et pèse 187 livres, était le préféré de la famille pour un joueur qui devait ajouter du muscle à sa charpente avant de faire le saut chez les colosses des rangs professionnels. 

«Nous voulions d'abord qu'il poursuive ses études, a évoqué Gary Makar. Et si tu peux en profiter pour progresser dans le hockey... alors c'est fabuleux.»

Ce qu'a accompli son fils aîné depuis qu'il s'est signalé pour la première fois dans la LNH en séries éliminatoires en 2019, alors qu'il a inscrit un but tôt en première période de son premier match, est tout simplement remarquable. 

Makar a gagné le trophée Calder remis à la recrue par excellence en 2020, a terminé deuxième au scrutin pour le trophée Norris remis au défenseur par excellence la saison dernière, et est l'un des trois finalistes pour le trophée en 2022 après avoir engrangé 86 points en 77 parties. 

Ces statistiques offensives sautent aux yeux, bien sûr, mais le jeu qu'il a fait contre McDavid tôt dans la rencontre qui s'est soldée 4-0 en faveur de l'Avalanche jeudi soir est un exemple de ce que Makar peut faire sans la rondelle. 

«Cale se concentre beaucoup sur son jeu défensif, a dit son père. C'est l'un de ses principaux objectifs, d'être un joueur le plus complet possible.

«Il adore affronter McDavid, parce que les meilleurs veulent être confrontés aux meilleurs», a-t-il conclu.

Joshua Clipperton, La Presse Canadienne

Note aux lecteurs: CORRIGER l'année où Makar a gagné le trophée Calder de 2019 à 2020