Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le président de la fédération d'haltérophilie est suspendu à vie

durée 08h28
16 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

GENÈVE, Suisse — L'ancien responsable olympique qui a dirigé l'haltérophilie pendant plus de 40 ans a été banni à vie, jeudi, pour avoir camouflé des cas de dopage.

Le Hongrois Tamas Ajan a été reconnu coupable par le Tribunal arbitral du sport d'accusations reliées à la manipulation de cas, à un comportement frauduleux et de complicité pour avoir caché des cas de dopage pendant des années.

Le dossier a été monté à la suite d'allégations rapportées par le réseau allemand ARD en janvier 2020, qui ont ensuite été vérifiées par l'enquêteur spécialisé en dopage Richard McLaren.

McLaren a été embauché par la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF) après qu'Ajan eut été expulsé de son poste après 20 ans à la présidence de l'organisation. Il avait précédemment été secrétaire général de l'IWF pendant 24 ans.

Les résultats de l'enquête et la réaction de l'IWF ont placé le statut olympique de l'haltérophilie à risque. Le Comité international olympique n'a pas inscrit l'haltérophilie sur sa liste initiale de sports au programme des Jeux olympiques de 2028, à Los Angeles.

En tant que meneur respecté de son sport, Ajan a été membre du CIO pendant 10 ans jusqu'en 2010 et il a participé au processus de sélection de villes hôtesses des Jeux olympiques. Il a aussi représenté le Sport olympique à l'Agence mondiale antidopage.

Le TAS a indiqué dans sa déclaration que le dossier contre Ajan incluait une «complicité dans la violation des règles antidopage impliquant plusieurs athlètes en haltérophilie durant une période de plusieurs années à partir de 2012».

Au cours de cette période, Ajan faisait partie du conseil d'administration de la fondation de l'AMA et était un membre honorifique du CIO. Il a démissionné de son rôle au sein de CIO dans les semaines suivant la diffusion du reportage dans lequel il était accusé.

Le dirigeant roumain d'haltérophilie Nicu Vlad, ancien vice-président de la commission antidopage de l'IWF, a également été banni à vie.

Le TAS n'a pas précisé les accusations contre Vlad, jeudi, ajoutant que le verdict détaillé serait publié «en temps voulu».

Dans son rapport publié en juin 2020, McLaren a indiqué que son équipe a découvert «des lacunes systémiques de gouvernance et de la corruption à son plus haut niveau au sein de l'IWF».

McLaren a affirmé qu'au moins 40 résultats positifs à des tests antidopage ont été «cachés» dans les dossiers de l'IWF, que des athlètes dont les cas ont été ignorés ont ensuite remporté des médailles dans des compétitions majeures et qu'Ajan a reçu des montants via des amendes en argent comptant auprès de membres de la fédération. L'enquête a également conclu que des millions de dollars ont disparu des livres de l'IWF.

Les suspensions à vie ont été annoncées 10 jours avant les élections au sein de l'IWF. Un nouveau président doit notamment être élu pour remplacer Ajan, plus de deux ans après son expulsion.

Graham Dunbar, The Associated Press