Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Lewis Hamilton estime que Mercedes a fait des progrès

durée 08h49
10 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

BAKOU, Azerbaïdjan — Lewis Hamilton se dit optimiste que Mercedes a fait des progrès en vue de lutter avec les meneurs de la Formule 1 et a noté que «l'adversité» de ce début de saison a rapproché l'équipe.

Avant la présentation du Grand Prix d'Azerbaïdjan, dimanche, le septuple champion n'a qu'un seul podium en sept courses, son pire début de saison depuis 2009. Mercedes a dû repenser une voiture qui avait commencé l'année avec un problème de «marsouinage» qui fait rebondir les monoplaces à haute vitesse.

«Puis-je dire que c'est la meilleure et la plus excitante aventure? Non! Mais c'est une expérience et ça rapproche l'équipe, a révélé Hamilton, vendredi. Cela nous oblige tous à affûter nos outils. La technologie progresse beaucoup et demande à être comprise, et nous nous rapprochons plus que jamais. Je suppose que c'est ce qui se passe lorsque vous faites face à l'adversité, et il y a donc beaucoup, beaucoup de points positifs.»

Hamilton a ajouté que les améliorations apportées par l'équipe au Grand Prix d'Espagne le mois dernier «nous ont montré la direction à prendre et cela a été positif» alors que lui et son coéquipier George Russell tentent de se joindre à la lutte avec les prétendants au titre Max Verstappen de Red Bull et Charles Leclerc de Ferrari.

Russell est toujours en quête de sa première victoire en F1 et a prévenu que Mercedes resterait probablement derrière Red Bull et Ferrari à Bakou, en Azerbaïdjan, et avait besoin de plus de temps pour développer sa voiture pour faire la lutte aux meilleures équipes.

«La voiture que nous avions (pour la première course de 2022) à Bahreïn, c'était en quelque sorte son potentiel maximum et nous ne pouvions pas vraiment l'améliorer à partir de là, a-t-il dit. Parfois, il faut faire un petit pas en arrière pour faire trois pas en avant, et je pense que nous sommes dans ce processus de transition en ce moment. Je pense qu'il faudra encore quelques courses avant de commencer à nous voir, espérons-le, nous battre avec Ferrari et Red Bull.»

Verstappen, le meneur au championnat, et Leclerc ont tous deux été déçus l'année dernière en Azerbaïdjan. Le pneu du Néerlandais a explosé à grande vitesse, le projetant dans le muret lors d'un accident dramatique, tandis que Leclerc a commencé en position de tête, mais a manqué de rythme et a glissé à la quatrième place. Cela fait écho aux récentes difficultés du Monégasque — il a décroché la position de tête à chacune des trois dernières courses, mais n'a pu convertir aucune d'entre elles en victoires puisque Verstappen l'a devancé au classement. La dernière course à Monaco a été particulièrement frustrante pour lui, car Ferrari a pris une décision douteuse lors d'un arrêt au stand qui lui a coûté une chance de gagner à domicile.

«Évidemment, à Monaco, il y avait beaucoup à analyser parce que nous avons fait des erreurs, a déclaré Leclerc, à neuf points de Verstappen au classement. Ce qui me donne confiance pour l'avenir, c'est que nous avons trouvé les raisons pour lesquelles nous avons fait ces erreurs en tant qu'équipe. (...) Nous devons évidemment nous concentrer sur nous, ne pas faire d'autres erreurs. Et si nous faisons tout parfaitement, je suis sûr que nous pouvons obtenir un excellent résultat ce week-end.»

Le vainqueur de l'an dernier à Bakou est Sergio Pérez, le coéquipier de Verstappen, et le Mexicain aborde le week-end en confiance après sa victoire à Monaco et un nouveau contrat avec Red Bull. Désormais prétendant au titre à part entière, à 15 points de Verstappen, Pérez a affirmé que les négociations sur le contrat ne le définissaient pas comme le faire-valoir de Verstappen.

«Il n'y a rien dans mon contrat qui dit que je dois terminer deuxième ou quelque chose comme ça, a-t-il affirmé. Ce n'était donc pas du tout un sujet dans le contrat.»

The Associated Press