Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Loi sur les mesures d'urgence: le ministre Mendicino comparé à «Pinocchio»

durée 17h04
13 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

OTTAWA — Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, est un «Pinocchio», estime l'opposition conservatrice qui l'accuse de «révisionnisme historique» après que des corps policiers eurent nié avoir réclamé que soit invoquée la Loi sur les mesures d'urgence pour mettre fin aux blocages en début d'année.

«Pinocchio semble être le nouveau surnom du ministre de la Sécurité publique», a lancé le député de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, lors de la période des questions, lundi à Ottawa, ce qui a immédiatement suscité l'indignation de députés présents aux Communes.

Le président de la Chambre, Anthony Rota, l'a immédiatement rappelé à l'ordre pour avoir comparé le ministre au personnage de fiction dont le nez allonge chaque fois qu'il ment ou altère la vérité.

«Je veux rappeler au député qu'on ne peut pas faire indirectement ce qu'on ne peut pas faire directement», a-t-il dit.

À trois reprises le député a cité des propos du ministre qui déclarait avoir invoqué la loi sur la recommandation de la police.

Ignorant l'avertissement du président, M. Paul-Hus a affirmé dans des questions subséquentes que le ministre a «délibérément induit les Canadiens en erreur» et lui a demandé «quand va-t-il admettre la vérité».

En réponse, le ministre Mendicino a soutenu que la décision d'invoquer la Loi sur les mesures d'urgence était «nécessaire».

«Et oui, on a consulté avec les forces policières avant l'invocation, a-t-il ajouté. Oui, on a cherché le conseil des forces policières avant l'invocation.»

Le ministre Mendicino a été la cible de nombreuses attaques lors des échanges de lundi, notamment d'une prise de bec virulente avec un autre député conservateur.

«On dirait que le ministre de la Sécurité publique a étudié la théorie de Vladimir Poutine sur le révisionnisme historique», lui a envoyé James Bezan, le porte-parole conservateur en matière d'éthique, l'accusant d'avoir «inventé ces "faits"» pour justifier «sa prise de pouvoir libérale».

La réplique ne s'est pas fait attendre. M. Mendicino a dénoncé la comparaison avec le président russe pour traiter d'un tel dossier.

«Cela dégrade cet endroit, a-t-il offert sous les applaudissements. Cela rabaisse ce qui se passe en Ukraine et c'est absolument faux, M. le président. Il devrait être réprimandé pour cela. Il devrait retirer ce commentaire.»

À la mi-mai, le chef intérimaire de la police d’Ottawa avait déclaré qu’il n’avait pas demandé au gouvernement fédéral d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence pour mettre fin au «convoi de la liberté» en février. La commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Brenda Lucki, avait tenu des propos similaires une semaine plus tôt.

Mme Lucki avait expliqué que les pouvoirs exceptionnels ont facilité le travail des policiers pour mettre fin à la manifestation qui a duré des semaines dans les rues d’Ottawa et que les policiers de la GRC auraient aimé avoir accès à ces pouvoirs d’exception plus tôt.

Michel Saba, La Presse Canadienne