Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Montréal pourrait accueillir la Conférence de l'ONU sur la biodiversité COP15

durée 16h38
7 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

Montréal pourrait accueillir la Conférence de l'ONU sur la biodiversité COP15 à la fin de l'été ou au début de l'automne si la situation sanitaire en Chine ne s'améliore pas, a déclaré la secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique (CDB), Elizabeth Maruma Mrema, à Montréal mardi après-midi. 

Si la ville de Kunming en Chine n'est pas en mesure d'être l'hôte de la COP15 sur la biodiversité qui doit avoir lieu dans quelques mois, la secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique évalue les chances de Montréal d'accueillir l'événement à «8 sur 10». 

C'est ce qu'Elizabeth Maruma Mrema a répondu au PDG de la Fondation du Grand Montréal, Karel Mayrand, qui l'a questionnée sur le sujet lors d'un échange organisé par le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM). 

La 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies a débuté à Kunming en Chine à l'automne 2021.  

L'événement a eu lieu en format hybride, c'est-à-dire que des dirigeants y ont participé en ligne. 

La deuxième partie de cette conférence devrait avoir lieu d'ici quelques mois, mais les règles sanitaires et le confinement à répétition de grandes villes chinoises pourraient forcer les Nations unies à trouver un autre endroit que Kunming. 

«Je dis 8 (chances sur 10), car Montréal est la maison du Secrétariat» de la Convention sur la diversité biologique, a indiqué Elizabeth Maruma Mrema en parlant de l'organisation qui a son siège sur la rue Saint-Jacques. 

En entrevue avec La Presse Canadienne, la secrétaire du CDB a expliqué que la Chine «demeure l'option numéro un» et comme «il y a des pressions pour que la COP ne soit pas reportée», elle a expliqué que les Nations unies «commençaient à regarder d'autres options», et Montréal pourrait être «l'option par défaut», si «le gouvernement est prêt à en assumer le coût». 

Si la Chine devait se désister, le pays qui l'a remplacerait devrait «être prêt à assumer les coûts» et organiser l'événement assez rapidement, a ajouté la première femme africaine a avoir été nommée secrétaire du CDB.

Stéphane Blais, La Presse Canadienne