Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Nadal et ses 13 titres feront face à un nouveau venu en Ruud à Roland-Garros

durée 11h51
4 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

PARIS — Rafael Nadal n'a plus rien à faire pour ajouter à sa légende. Ses 21 titres en Grand Chelem et ses 13 sacres à Roland-Garros suffisent.

Ça ne veut pas dire qu'il ne veuille pas accomplir davantage. Ce n'est tout de même pas pour cette raison qu'il soit toujours sur les courts, à 36 ans, accablé par des douleurs chroniques au pied gauche qui l'embâtent sans avertissement, et prêt à affronter un jeune loup de 23 ans, le Norvégien Casper Ruud, en finale des Internationaux de France, dimanche.

«Ce n'est pas à propos de ce que je dois prouver. C'est à propos du plaisir que vous ressentez de faire ces choses. Si vous n'avez plus de plaisir, c'est une autre histoire», a dit Nadal.

«Mais si vous aimez ce que vous faites, vous continuez (...) Je continue de jouer parce que c'est ce que j'aime faire, c'est tout, a-t-il poursuivi. Si je suis assez en santé pour jouer, j'aime encore la compétition.»

Nadal, qui a célébré son anniversaire vendredi, est le deuxième plus vieux tennisman à disputer la finale à Paris, après Don Budge, qui avait 37 ans quand il a terminé deuxième en 1930. Le plus champion de l'histoire est Andres Gimeno, âgé de 34 ans en 1972.

«J'aime jouer dans les plus beaux stades du monde et sentir qu'à mon âge, je suis encore compétitif. Ça signifie beaucoup pour moi. Ça me rend fier et heureux de tout le travail accompli.»

Bien qu'il ne montre aucun signe de ralentissement, la dernière année n'a pas été facile.

Nadal a dû faire l'impasse sur la dernière moitié de 2021 en raison de ses problèmes au pied, ratant Wimbledon, les Jeux olympiques de Tokyo et les Internationaux des États-Unis.

Il a été en mesure de remporter les Internationaux d'Australie en janvier, prenant seul la tête chez les hommes avec 21 titres du grand Chelem, devant Roger Federer (absent en raison de plusieurs opérations aux genoux) et Novak Djokovic (absent parce que non vacciné contre la COVID-19). Après ce tournoi, Nadal a été blessé aux côtes, en plus de clairement démontrer de l'inconfort en raison de sa blessure au pied au Masters de Rome, le mois dernier.

«Je n'étais pas très positif au sujet de mon pied après cela. Mais je sentais que j'allais pouvoir jouer ici. Et me voici. J'ai joué, je me suis battu, j'ai fait tout ce qui était possible pour me donner une chance d'être ici, a indiqué Nadal, qui a amené son médecin personnel avec lui à Paris. Et je suis bien sûr heureux de m'être donné la chance de jouer en finale ici.»

Si Nadal a l'expérience, Ruud a la jeunesse de son côté, sans oublier ses énormes succès récents sur la terre battue: 66 victoires et sept titres depuis le début de 2020.

«Je devrai jouer mon meilleur tennis, a dit Ruud, qui n'avait jamais franchi le quatrième tour d'un majeur avant cette semaine. Mais je dois aussi croire que je puisse le faire.»

Nadal a une fiche parfaite de 13-0 en finale à la Porte d'Auteuil. Ruud a été témoin privilégié de cette séquence.

«Je peux probablement vous raconter chacune des finales, vous dire qui il a battu, parce que je les ai toutes vues à la télévision, a dit Ruud, avant de défiler une liste des victimes de l'Espagnol. Je pourrais me vanter de faire partie de ce groupe, mais ce serait encore de pouvoir me vanter de l'avoir battu.»

Ruud, dont le père, Christian, a été joueur professionnel de 1991 à 2001, considère Nadal comme son idole et s'entraîne depuis quatre ans à l'Académie Nadal de Majorque.

Si les deux hommes ne se sont jamais affrontés sur le circuit de l'ATP, ils ont disputé plusieurs manches d'entraînement l'un contre l'autre.

«Il m'a toujours battu», souligne Ruud en riant, ajoutant qu'à titre d'inviter à l'académie, il a toujours senti le besoin de laisser son hôte gagner.

«Il s'agit d'une occasion spéciale pour nous deux. Il tente de remporter un 22e tournoi du Grand Chelem; moi, mon premier. C'est un énorme contraste. Je suis le négligé et je compte bien apprécier le moment.»

Howard Fendrich, The Associated Press