Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ottawa n'écarte pas d'instaurer une obligation vaccinale à trois doses à l'automne

durée 18h32
14 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

OTTAWA — Advenant que la situation épidémiologique se dégrade à l'automne, Ottawa n'écarte pas de réinstaurer une obligation vaccinale. Et cette fois, l'exigence pourrait être de trois ou même quatre doses.

«Le mot-clé d'aujourd'hui est "transition"», a affirmé mardi le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, au cours d'une conférence de presse où il annonçait que le passeport vaccinal ne serait plus exigé pour les voyageurs et les fonctionnaires.

Et cette transition va bien plus loin. Elle largue le concept d'être «entièrement vacciné» pour le remplacer par celui de «vaccination à jour».

«Deux doses ne sont plus suffisantes pour protéger contre les infections et la transmission, et c'est pourquoi nous faisons la transition vers une définition de vaccination à jour», a mentionné M. Duclos.

«Une vaccination à jour, pour la grande majorité des Québécois, c'est une vaccination à trois doses, a-t-il précisé. Pour certains Québécois, c'est une vaccination à quatre doses.»

Ce changement de posture va dans le sens de la recommandation de l'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, et du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI).

Lors d'une conférence de presse vendredi, la Dre Tam a relaté que, d'une étude à l'autre, deux doses de vaccin ont une efficacité «très faible» contre le variant Omicron après six mois.

Avec deux doses, l'immunisation qui variait initialement de 50 % à 80 % chute à environ 20 %, a déclaré la docteure Tam. Une troisième dose permet de la refaire grimper autour de la barre des 50 % à 60 %.

Le taux de Canadiens ayant reçu au moins une dose de rappel est «trop bas» au pays, a estimé mardi le ministre Duclos. «Il est plus bas que tout autre pays du G7», s'est-il désolé.

Le gouvernement fédéral prévoit donc de travailler «étroitement» avec les provinces et les territoires pour accroître le taux de personnes vaccinées avec trois doses en vue d'être adéquatement préparé à «ce qui pourrait arriver à l'automne».

Alors que 90,2 % des adultes canadiens sont doublement vaccinés, ils sont seulement 58,5 % à avoir reçu leur troisième dose.

«Nous devons augmenter cela significativement, au moins au niveau que l'on a eu dans les derniers mois pour la deuxième dose», a déclaré le ministre.

L'obligation d'être vacciné pour les voyageurs et les fonctionnaires avait été mise en place le 30 octobre 2021 et sera levée lundi.

Michel Saba, La Presse Canadienne