Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Présidence de la FTQ: Marc Ranger ne se lancera pas dans la course

durée 11h57
13 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

1 minute

Par La Presse Canadienne, 2022

MONTRÉAL — L'ancien directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique. Marc Ranger, ne sollicitera finalement pas le poste de président de la FTQ, lorsque Daniel Boyer quittera la centrale syndicale, en novembre.

M. Ranger avait publiquement fait part de son intérêt et de sa réflexion à ce sujet, le 1er juin.

En entrevue avec La Presse Canadienne lundi, M. Ranger a justifié sa décision de ne pas se lancer dans la course par le fait qu'il voyait mal comment les deux plus hauts dirigeants de la centrale syndicale pourraient provenir du même grand syndicat affilié à la FTQ, s'il était élu.

En effet, le secrétaire général de la FTQ et numéro deux, Denis Bolduc, qui sollicite un renouvellement de mandat, vient lui aussi du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

M. Ranger aurait pu choisir de solliciter lui aussi le poste de secrétaire général, contre Denis Bolduc, mais il a préféré ne pas le faire, afin de ne pas créer de division au sein du SCFP.

À ce jour donc, Magali Picard, ancienne vice-présidente exécutive nationale de l'Alliance de la fonction publique du Canada, est la seule candidate en lice pour succéder à Daniel Boyer. D'autres candidats pourraient toutefois manifester leur intérêt d'ici l'automne. Si elle était élue, elle deviendrait la première femme à diriger la plus grande centrale syndicale du Québec.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne