Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Québec nomme un édifice en l'honneur de Claude Castonguay

durée 18h47
6 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

QUÉBEC — Le premier ministre François Legault a annoncé lundi que l'édifice abritant le siège social de la Régie de l'assurance maladie du Québec, situé dans la capitale provinciale, portera officiellement le nom d'Édifice Claude Castonguay. 

Claude Castonguay, qui est considéré comme le père du régime de l'assurance maladie du Québec, est décédé le 12 décembre 2020. 

À l'occasion d'une cérémonie de commémoration nationale en sa mémoire, qui s'est tenue lundi à l'Assemblée nationale, M. Legault a louangé le parcours de Claude Castonguay, qu'il a décrit comme un bâtisseur du Québec moderne et soulignant qu'il a «dédié 50 ans de sa vie au bien commun des Québécois».

«Encore aujourd'hui, ses legs sont importants pour les Québécois et c'est pourquoi nous allons renommer l'édifie de la Régie de l'assurance maladie», a mentionné M. Legault. 

Il affirme que la carte d'assurance maladie, auparavant appelée la castonguette, a changé la vie de beaucoup de gens. «Les plus démunis n'avaient pas toujours accès à tous les soins de santé. Avec la carte soleil, ç'a permis à tout le monde, peu importe leur classe sociale, d'avoir accès à des soins de santé de qualité», a indiqué le premier ministre. 

Par ailleurs, François Legault a fait savoir que Claude Castonguay l'a «beaucoup aidé» dans la fondation de la Coalition avenir Québec (CAQ). «Je l'ai consulté, a-t-il dit. J'ai passé du temps chez lui à l'Île-des-Sœurs pour rédiger notre plateforme électorale, et pas juste [en matière] de santé. C'est un homme qui avait des opinions et qui était prêt à changer les choses.»

Son fils, Philippe Castonguay, a dit lundi lors de la cérémonie de commémoration que la famille Castonguay était très reconnaissante «du geste posé par le gouvernement du Québec à la mémoire de son père».

«C'est un homme qui a travaillé jusqu'à très tard dans sa vie. Même à l'âge de 90 ans, il se [demandait] comment on pouvait avancer, avoir plus de progrès social et de justice sociale», a raconté Philippe Castonguay, ajoutant que son père aurait souhaité que l'on poursuive cette «quête qui ne finit jamais».  

La Presse Canadienne