Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Rafael Nadal, suivi par son médecin, se dirige vers le carré d'as à Roland-Garros

durée 09h25
2 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

PARIS — Rafael Nadal s'est présenté à Roland-Garros avec son médecin personnel, espérant pouvoir atténuer la douleur chronique qu'il ressent au pied gauche et qui l'ennuie sporadiquement depuis des années. 

Nadal, comme le veut la coutume, a minimisé ses chances de décrocher un 14e titre des Internationaux de France et un 22e titre majeur en carrière — des records lui appartenant qu'il pourrait étoffer davantage — et répété qu'il ignore si chaque match qu'il aborde pourrait être le dernier de sa carrière sur la terre battue parisienne. 

'Rafa' a cependant l'air en forme, et il continue de jouer au tennis avec passion et joie de vivre. 

Il l'a de nouveau démontré lors de sa victoire contre le favori et champion en titre du tournoi, Novak Djokovic, qui lui a permis d'atteindre le carré d'as — son match aura lieu vendredi, à l'occasion de son 36e anniversaire de naissance — du tournoi du Grand Chelem qu'il affectionne particulièrement. 

Après avoir scellé l'issue de la rencontre 6-2, 4-6, 6-2, 7-6 (4) vers 1h15 dans la nuit de mardi à mercredi, l'Espagnol s'est tourné vers sa loge dans les gradins et a souri à pleines dents, avant de s'enfouir le visage entre ses mains enrubannées.  

«Ça m'a touché, à cause des trois derniers mois et demi... qui n'ont pas été faciles», a évoqué Nadal, en référence à ses blessures aux côtes et à un pied qui ont limité son temps d'entraînement sur le terrain et son nombre de matchs.  

S'il l'emporte contre la troisième tête de série Alexander Zverev vendredi, alors il pourrait poursuivre sa route vers la conquête d'un autre titre aux Internationaux de France. Et s'il parvient à se faufiler jusqu'en finale dimanche contre le champion des Internationaux des États-Unis en 2014, Marin Cilic, ou encore la huitième tête de série Casper Ruud, alors il faudra envisager ceci: Nadal serait le champion des deux premiers tournois du Grand Chelem au cours d'une même année pour la première fois de son illustre carrière. 

Difficile à croire, certes, mais Nadal n'y était pourtant jamais parvenu. Son seul titre acquis aux Internationaux d'Australie avant celui de janvier remontait à 2009, à l'époque où il s'était incliné pour la première fois à Roland-Garros — contre Robin Soderling, au quatrième tour. 

La fiche de l'Espagnol à Paris est de 110-3 (il a encaissé deux défaites contre Djokovic, en 2015 et l'an dernier), et il y participera maintenant à sa 15e demi-finale en carrière. 

Une chose est certaine, c'est qu'on lui demande systématiquement après chaque match s'il envisage le prochain comme étant peut-être son dernier à Roland-Garros. 

Questionné après sa victoire contre Djokovic à savoir si l'appui bruyant qu'il avait reçu des spectateurs massés dans les gradins du court Philippe Chatrier l'avait aidé à poursuivre son chemin, Nadal a répondu: «Probablement, car ils sont conscients que je ne reviendrai plus très souvent ici». 

Puis, quelques instants plus tard, après avoir mentionné que son médecin était sur place, Nadal a dit: «Je fais tout en mon pouvoir afin de participer à ce tournoi dans les meilleures conditions possibles, n'est-ce pas? J'ignore ce qui se produira ensuite, pour être bien franc.»

Lorsqu'un journaliste lui a demandé si ses questionnements pour l'avenir l'affectaient, Nadal a répondu: «Je ne sais pas ce qui se produira après ce tournoi-ci. Ce que je veux dire, c'est que j'ai ce problème avec mon pied, donc si nous ne sommes pas en mesure d'améliorer la situation, ou du moins de trouver une solution temporaire pour régler ce problème, alors ça deviendra très difficile pour moi (de continuer).»

Howard Fendrich, The Associated Press