Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Renversement de Roe contre Wade : la classe politique dénonce au Canada

durée 12h11
24 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

1 minute

Par La Presse Canadienne, 2022

Aussitôt officialisé, le renversement par la Cour suprême des États-Unis de l'arrêt Roe contre Wade qui garantissait le droit à l'avortement a entraîné de premiers commentaires de dénonciation de la classe politique au Canada.

Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau a qualifié la nouvelle d'«horrible».

«Aucun gouvernement, aucun politicien, ni aucun homme ne devraient dicter à une femme ce qu’elle peut faire ou ne pas faire avec son corps. Je tiens à ce que les Canadiennes sachent que nous allons toujours défendre votre droit de choisir», a-t-il écrit sur Twitter.

Sur le même réseau social, le premier ministre du Québec François Legault a déploré un «triste recul pour les droits et libertés des femmes».

Sa ministre de la Condition féminine, Isabelle Charest, avait déclaré un peu plus tôt être «de tout cœur avec les femmes américaines qui voient leur droit à l’avortement menacé»

«Au Québec, on ne laissera jamais ce droit être remis en question», a-t-elle ajouté.

La mairesse de Montréal Valérie Plante a renchéri qu'elle était «outrée», via le même réseau social. «Cette décision est un recul inacceptable.  Dénonçons-la avec force et vigueur, ici comme ailleurs.»

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a pour sa part dénoncé un «recul sans nom», parlant d'un »jour sombre pour les femmes et leurs droits et libertés».

«On doit continuer de se battre pour que nos filles aient toujours plus de droits que nous, pas moins», a-t-elle lancé sur les réseaux sociaux.

La Presse Canadienne