Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Tuerie en N.-É.: la GRC était incapable d'obtenir un hélicoptère durant le carnage

durée 18h02
9 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

HALIFAX — L'enquête sur la fusillade de masse en Nouvelle-Écosse a dévoilé de nouveaux détails sur la ruée des agents de la GRC pour trouver un avion pour les aider à retrouver le tueur dans la nuit du 18 avril 2020.

Des documents publiés jeudi montrent que les commandants de la GRC ont été assaillis par des obstacles bureaucratiques et des avis confus avant de finalement trouver un hélicoptère. Mais la mission du lendemain a été entachée de problèmes techniques qui ont laissé son équipage un pas en arrière par rapport au parcours du tueur.

Au début de leur chasse à l'homme de 13 heures pour retrouver le tireur, les agents ont demandé l'utilisation d'un hélicoptère de la GRC. Mais il a été cloué au sol pour entretien, a-t-on indiqué à l'enquête. Pendant ce temps, l'aéronef à voilure fixe de la GRC pour la région de l'Atlantique était également indisponible. Les pénuries de personnel découlant des restrictions liées à la COVID-19 avaient prolongé son entretien annuel à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Cette mauvaise nouvelle a été confirmée aux commandants de la GRC à 23 h 16, un peu plus d'une heure après qu'un homme déguisé en gendarme et conduisant une réplique d'un véhicule de patrouille de la GRC a commencé à tuer par balle des voisins et des étrangers à Portapique, en Nouvelle-Écosse, à environ 130 kilomètres au nord de Halifax.

En tout, le tireur a tué par balle 13 personnes et incendié plusieurs habitations du lotissement. Il s'est ensuite échappé sur une route secondaire peu fréquentée. Tôt le lendemain, il a repris son saccage, tuant neuf autres personnes avant d'être abattu par deux policiers de la GRC dans une station-service.

L'enquête a appris que la GRC voulait un avion avec un capteur infrarouge qui pourrait intercepter la signature thermique d'un corps humain étant donné que le suspect avait pu se cacher dans l'un des terrains sombres et boisés de la subdivision.

Leur premier appel a été au Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage (CCCOS) à Halifax, qui gère les opérations de recherche et de sauvetage des militaires et de la Garde côtière. Mais ils ont fait face à un problème lorsque la GRC a appris que l'avion du CCCOS ne pouvait pas être déployé pour rechercher un tireur actif.

Cependant, lors d'un appel ultérieur, la GRC a appris que l'armée pouvait fournir un avion, mais que la demande devait passer par les voies officielles.

«Cette demande doit aller de la GRC à travers la province jusqu'au gouvernement fédéral, aurait indiqué un responsable non identifié ce soir-là. Je sais que cela semble alambiqué, mais c'est juste la seule façon dont nous pouvons le faire.»

Le processus a été lancé, mais n'a pas été terminé.

Pendant ce temps, la GRC envisageait également d'affréter un avion civil ou d'en emprunter un au ministère fédéral des Pêches ou à Transports Canada. Et l'on parlait de faire venir un avion de la GRC de Montréal ou de l'Ontario. Encore une fois, ces options n'ont pas abouti.

À 3 h 15, la GRC a demandé au ministère des Terres et des Forêts de la Nouvelle-Écosse si l'un des quatre hélicoptères du ministère était disponible, même si aucun d'entre eux n'était équipé d'un radar infrarouge frontal.

Bien qu'un hélicoptère soit disponible, il était limité au vol de jour et ne pouvait pas décoller avant 6 heures du matin. Sans autre option, la GRC a pris les dispositions nécessaires.

Avec le pilote Ken Corkum aux commandes, l'hélicoptère Airbus H125 est arrivé au-dessus de Portapique à 8 h 47, selon un résumé des preuves. Un observateur de la GRC se trouvait également à bord.

Même si le temps était clair, la mission ne s'est pas déroulée sans heurts.

Il y avait confusion sur l'utilisation des canaux radio. Les agents de la GRC voulaient que M. Corkum utilise des canaux cryptés pour s'assurer que le tueur ne puisse pas surveiller leurs messages. Mais le pilote ignorait initialement que sa radio avait cette capacité. Et quand il s'est rendu compte que ces canaux étaient disponibles, ils ne semblaient pas fonctionner pour lui.

À 9 h 48, la GRC a reçu un appel au 911 d'un couple de Glenholme. Le tueur venait de s'approcher de leur domicile avec un fusil à la main. Après avoir frappé à la porte et sonné à la porte, il n'est parti que deux minutes plus tard à 9h50.

Moins de deux minutes après cela, M. Corkum a été informé de l'observation, mais l'officier de la GRC qui l'a alerté, le sergent d'état-major Kevin Surette, a eu du mal à relayer les coordonnées lorsque le pilote n'a pas répondu. À 9 h 55, l'hélicoptère se trouvait toujours à 2,8 kilomètres au sud de la maison et le tueur était parti.

Ajoutant à la confusion était l'avertissement du sergent Surette selon lequel le suspect armé était toujours dans la maison au deuxième étage.

«Cette information était incorrecte, indique le document. C'était le résidant de la propriété, Adam Fisher, qui était armé et présent à l'intérieur de la résidence.»

Lorsque d'autres fusillades ont été signalées à proximité de Debert, l'hélicoptère est arrivé quelques minutes plus tard. Mais il y a eu une série de problèmes de radio, aucune observation, puis il était temps de faire un arrêt de ravitaillement.

C'est au cours de cette escale que l'agent de la GRC Chad Morrison a été blessé par le tireur à Shubenacadie.

Au moment où l'hélicoptère a survolé le secteur à 11 h 13, le tireur avait mortellement abattu l'agente Heidi Stevenson et s'était enfui dans une voiture volée.

On a dit à M. Corkum de voler vers le sud en direction de Milford, mais il a dû atterrir dans le champ d'un fermier parce que l'agent de la GRC à bord avait le mal de l'air.

L'hélicoptère est ensuite arrivé au-dessus d'une station-service à Enfield, une minute après que le tueur a été abattu à 11 h 26.

Michael MacDonald, La Presse Canadienne