Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Tuerie en N.-É.: la moitié des répartiteurs de la GRC seraient en arrêt de travail

durée 11h17
14 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

Les superviseurs du centre de communications opérationnelles de la GRC en Nouvelle-Écosse qui ont travaillé avec les répartiteurs du 911 lors de la tuerie d'avril 2020 affirment que la moitié du personnel est maintenant en arrêt de travail.

Bryan Green, commandant par intérim de la «Station de transmissions opérationnelles» de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), déclarait lundi à la commission d'enquête qu'avant la tuerie, 50 employés travaillaient à temps plein dans ce service.

Or, M. Green a déclaré qu'il n'y avait plus aujourd'hui que 24 employés à temps plein travaillant à la répartition des appels au 911 pour la GRC de la Nouvelle-Écosse. 

Il a déclaré que la plupart des absences étaient «dues à Portapique», là où les tueries ont commencé le samedi soir du 18 avril. M. Green croit que si certains de ces postes sont techniquement occupés par des personnes «en congé de maladie», il ne sait pas si ces employés reviendront un jour.

Un enquêteur de la commission a demandé à M. Green si lui et son personnel avaient été suffisamment soutenus après cette tragédie qui a fait 22 morts, les 18 et 19 avril 2020. Il a répondu qu'il se sentait bien soutenu, mais qu'on aurait peut-être pu en faire plus pour éviter de perdre autant d'employés. 

Kirsten Baglee, une superviseure du même centre de communications, qui était de l'équipe du matin le dimanche 19 avril, avec M. Green, a déclaré que l'ampleur de la tuerie était plus grande que ce que n'importe quel membre du personnel aurait pu imaginer.

Elle a dit que c'est avec des événements comme celui-là que «des carrières peuvent être brisées».

---

Cette dépêche a été rédigée avec l'aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles. 

La Presse Canadienne