Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Variole du singe: deuxième cas confirmé à Toronto et un cas suspect au N.-B.

durée 13h00
1 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

FREDERICTON — La Santé publique de Toronto indique qu'il y a un deuxième cas confirmé de variole simienne dans la ville, qui touche un homme dans la quarantaine.

Le premier cas de la maladie à Toronto a été confirmé le 26 mai.

La Santé publique indique que six autres cas font toujours l'objet d'une enquête.

Neuf cas qui faisaient l'objet d'une enquête ont été déclarés négatifs.

Au Nouveau-Brunswick, la ministre de la Santé affirme que la province a identifié un cas suspect de variole simienne.

Dorothy Shephard indique que le cas a été identifié pour la première fois au début de mai, mais n'a pas encore été confirmé par le laboratoire national de Winnipeg.

D'ici à l'éventuelle confirmation du cas, Mme Shephard dit qu'elle ne divulguera aucun détail sur la personne concernée ou sur la région de la province dans laquelle elle vit.

Les responsables de la santé affirment que ce virus ne se propage pas facilement entre les personnes et n'est pas aussi transmissible que le virus qui cause la COVID-19.

Le Québec a la plus grande éclosion de variole du singe signalée au pays, avec 25 cas confirmés dans la province en date du 26 mai, dont 20 cas à Montréal.

La variole du singe est une maladie rare qui provient de la même famille de virus qui cause la variole, que l'Organisation mondiale de la santé a déclarée éradiquée dans le monde en 1980.

Les symptômes rapportés consistent principalement en des lésions cutanées au niveau de la bouche et des organes génitaux. Ces signes peuvent être précédés ou accompagnés de fièvre; de sueurs nocturnes; de maux de tête; de ganglions enflés et de douleurs articulaires ou musculaires.

La maladie se résout d'elle-même en deux à quatre semaines dans la majorité des cas. Des cas très rares de complications graves peuvent toutefois survenir.

La Presse Canadienne