Publicité

12 février 2020 - 09:24

Cérémonie officielle du lancement pour marquer le mois de l’histoire des Noirs

Par Salle des nouvelles

De façon à souligner le mois de l’histoire des Noirs, se déroulant en février, le maire de Laval, Marc Demers et la conseillère municipale du district d’Auteuil et responsable des dossiers de l’Immigration et des communautés culturelles, Jocelyne Frédéric-Gauthier, ont accueilli plusieurs invités lors de la cérémonie officielle, le 31 janvier dernier.

1re rangée : Alix Rey, président, Les Artistes de Réminiscences, Jacques A. Ulysse, directeur général de la Ville de Laval, Sandra El Helou conseillère de Souvenir-Labelle, Marie-Sœurette Mathieu, présidente du Centre communautaire le Coumbite de Laval, Jocelyne Frédéric-Gauthier conseillère d’Auteuil, Marc Demers, maire de Laval, Mirlaine Dorce-Breton, présidente de Femmes en emploi, Irvine Henri, directrice régionale- MIFI, Robert-André Alexandre, commissaire scolaire.

2e rangée : Yannick Langlois, conseiller de l’Orée-des-Bois, Michael P. Farkas, président de la Table ronde du Mois de l’Histoire des Noirs, Nicholas Borne, conseiller de Laval-les-Îles, Éric Denis, de l’ABSF-enseignant, Éric Morasse, conseiller de Saint-François.

Notez que la conférence sur l’histoire de la présence et de l’esclavage des Noirs en Nouvelle-France et sous le régime anglais livrée par M. Aly Ndiaye, alias Webster, aura lieu le jeudi 13 février, à 19 h, à la bibliothèque Laure-Conan.

Webster raconte ce pan méconnu de notre histoire : la présence des personnes de descendance africaine, captives ou libres, qui ont peuplé le Québec et le Canada depuis les débuts de la colonie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.