Publicité
16 mars 2020 - 14:05 | Mis à jour : 16:05

PANDÉMIE COVID-19

Le premier ministre du Canada prend position sur la question de la frontière

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

En point de presse, ce lundi 16 mars, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé la fermeture partielle de la frontière canadienne.

C’est avec près de 45 minutes de retard, que le premier ministre s’est présenté aux représentants de la presse pour annoncer cette nouvelle mesure.

« Nous fermerons nos frontières à tous les citoyens non canadiens. Seuls les ressortissants canadiens, les citoyens permanents et les citoyens américains sont autorisés à traverser la frontière », a souligné le premier ministre, Justin Trudeau.

Questionné à savoir pourquoi la frontière canadienne n’est pas fermée aux citoyens américains, le premier ministre du Canada a évoqué la question économique, mais tient à rassurer la population en affirmant qu’une fermeture complète de la frontière n'est pas impossible. « Nous ne fermons pas la porte à cette mesure voulant que la frontière puisse être fermée aux citoyens américains. Tout est sur la table pour protéger la santé des Canadiens, mais nous allons procéder étape par étape.  »

Le premier ministre a également indiqué que seuls les aéroports de Montréal, de Toronto, de Calgary et de Vancouver accepteront les vols commerciaux de l’étranger, et ce, jusqu’à nouvel ordre.

Finalement, M. Trudeau recommande à tous les Canadiens de reporter ou d’annuler tous les voyages non essentiels hors du pays. Pour ceux qui sont présentement à l'étranger, le gouvernement recommande aux voyageurs de rentrer au pays dès que possible. D’ailleurs un programme d’aide pour les Canadiens actuellement à l’étranger sera annoncé dans les prochains jours.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.