Publicité

29 avril 2020 - 18:00

Le nombre de naissances a légèrement augmenté au Québec en 2019, une première depuis 2012

Par Salle des nouvelles

En 2019, on estime à 84 200 le nombre de naissances au Québec, un nombre légèrement supérieur à celui enregistré en 2018 (83 840).

Cette faible augmentation (environ 0,4 %) est la première observée depuis 2012.

Ces résultats sont tirés du Bulletin sociodémographique publié aujourd'hui par l'Institut de la statistique du Québec.

1,58 enfant par femme en 2019

La hausse du nombre de naissances observée entre 2018 et 2019 s'explique par une augmentation du nombre de femmes en âge d'avoir des enfants et non par une hausse de la fécondité.

De fait, l'indice synthétique de fécondité s'établit à 1,58 enfant par femme en 2019, soit tout juste en deçà de celui observé en 2018 (1,59 enfant par femme). L'indice synthétique de fécondité au Québec est inférieur à 1,6 enfant par femme pour une deuxième année consécutive. Il s'était maintenu au-dessus de ce niveau de 2006 à 2017, atteignant un maximum de 1,73 enfant par femme en 2008 et en 2009.

Depuis 1970, l'indice se situe sous le seuil de remplacement des générations (2,1 enfants par femme).

La baisse de l'indice synthétique de fécondité est liée à la diminution des taux de fécondité chez les femmes de moins de 30 ans. Au-delà de cet âge, la hausse des taux observée pendant plusieurs années semble depuis peu laisser place à une certaine stabilisation.

Augmentation de la fécondité dans 11 régions

De manière générale, la fécondité dans les régions du Québec a connu une évolution à la baisse au cours de la dernière décennie.

En 2019, on a cependant enregistré une hausse de l'indice dans 11 des 17 régions administratives du Québec par rapport à 2018.

La fécondité demeure la plus élevée dans le Nord-du-Québec (2,6 enfants par femme), alors qu'elle est la plus faible à Montréal et dans la Capitale-Nationale (moins de 1,5 enfant par femme).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.