Publicité

16 novembre 2020 - 07:00

Jusqu’en 2022

Lutte aux îlots de chaleur : projet majeur de déminéralisation et de verdissement à Laval

Par Texte Commandité

La Ville de Laval, en collaboration avec la Soverdi, a entamé un imposant projet de déminéralisation et de verdissement sur son territoire en 2020. Un budget de 1,5 M$ a été consacré à cette initiative environnementale d’envergure qui a changé le visage de plusieurs secteurs vulnérables aux îlots de chaleurs.

À terme, 6 600 végétaux, dont 1 620 arbres de moyens et gros calibres et 4 000 plantules, auront été plantés et 3 130 m2 de surface asphaltée auront été retirés, soit l’équivalent de plus de 200 espaces de stationnement. Mais comment a débuté cet imposant chantier qui a démarré en pleine pandémie ?

Plus tôt cette année, dans le cadre de sa stratégie d’adaptation aux changements climatiques, la Ville de Laval est passée de la parole aux actes en mettant en place un projet de déminéralisation et de verdissement des terrains privés et institutionnels situés sur son territoire.

Plus de la moitié du budget global affecté à ce projet, soit 750 000 $ provient de la Fédération canadienne des municipalités tandis que la Ville de Laval y a injecté la somme de 190 000 $. Le financement additionnel provient principalement de partenaires institutionnels, soit le Centre de services scolaire de Laval, la Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier et le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval. Notons aussi le soutien financier du Groupe Banque TD et de l'entreprise de technologie financière Croesus.

La Soverdi : une référence dans son domaine

La Société de verdissement du Montréal métropolitain (Soverdi) est un OBNL qui met en place des stratégies de verdissement en milieu urbain pour améliorer la santé et la qualité de vie de la population. Depuis 2012, la Soverdi relève notamment l’ambitieux défi du Plan d’action forêt urbaine de la Ville de Montréal, pour lequel elle s’emploie à planter 180 000 arbres d’ici 2030 dans la métropole, en étroite collaboration avec les 50 partenaires de l’Alliance Forêt urbaine.

Forte de son expérience des 25 dernières années, elle joue aussi le rôle de consultante auprès de plusieurs municipalités de la couronne sud et nord.

Dans l’optique de concrétiser sa volonté, la Ville de Laval lui a donc confié en 2020 le mandat de verdir les terrains privés et institutionnels afin de réduire la vulnérabilité de la collectivité aux vagues de chaleur, ainsi que de partager son expertise en tant que coordonnateur de l’Alliance forêt urbaine.

« Pour réaliser une démarche de cette ampleur, la collaboration de tous les propriétaires fonciers est nécessaire. Par exemple, à Laval, 82 % des îlots de chaleur urbains sont localisés sur des terrains qui n’appartiennent pas à la Ville. Il est donc essentiel de sensibiliser ces propriétaires à des solutions durables pour lutter contre les îlots de chaleur, telles que le verdissement et l’augmentation de l’indice de canopée, dans le but d’assurer le bien-être collectif», explique Simon Racine, directeur des grands projets à la Soverdi

Une collaboration locale pour réaliser le projet

Pour réaliser ce projet d’envergure, l’OBNL expert en verdissement urbain s’est associé avec un organisme local, CANOPÉE Le Réseau des bois de Laval, dont la mission première consiste à conserver et à mettre en valeur les milieux naturels boisés à Laval.

« Notre objectif avec ce projet était de mettre en place une structure avec des organismes locaux qui se spécialisent en verdissement, afin de leur transmettre notre expertise. Par ce projet, nous souhaitions accompagner la Ville dans la mise en place d’un plan d’action visant à atténuer les effets des îlots de chaleur urbains de son territoire grâce à des solutions durables comme la plantation d’arbres », poursuit Simon Racine.

Ainsi, le projet est une collaboration qui regroupe de nombreux partenaires : au niveau technique, pour la plantation et la recherche de terrains, les organismes CANOPÉE et PlantAction ont répondu présents. Au niveau scientifique, plusieurs collaborateurs se sont impliqués, notamment la Direction de la santé publique de Laval pour l’identification des populations vulnérables, le Centre d’études de la forêt de l’UQAM pour évaluer les effets des aménagements sur la réduction de la température, ainsi que le Consortium Ouranos à titre d’experts en adaptation aux changements climatiques. 

Fait intéressant : la Soverdi reste impliquée dans le projet jusqu’en 2022 pour assurer le suivi des plantations. «Les deux premières années suivant la plantation sont cruciales dans ce type de projet. Nous allons donc arroser les arbres, remplacer ceux qui meurent et nous assurer de leur bonne santé générale », ajoute-t-il.

Des projets très divers

Au total, 36 projets auront ainsi pris naissance dans 15 écoles de Laval, mais aussi dans 3 CHSLD, à l’Hôpital Cité-de-la-Santé, au Centre jeunesse et sur les terrains d’autres sites municipaux et privés. On peut citer par exemple le retrait de 130 m2 d’asphalte et la création de fosses de plantation à l’école Saint-Gilles pour accueillir 16 arbres de gros calibres, le verdissement du terrain de Laval Junior Academy où plus de 163 arbres et 94 arbustes de 35 essences différentes ont été plantés, ou encore le verdissement du stationnement de l’entreprise Dyne-A-Pak de Laval.

Toute personne intéressée à en apprendre plus sur le projet peut se rendre sur le site Web de la Ville de Laval. Pour communiquer avec la Soverdi, visitez le site web soverdi.org ou contactez [email protected]

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.