Publicité

23 mars 2021 - 10:00

Ville de Laval

Un centre communautaire nommé en l’honneur de Régent Martimbeau

Par Salle des nouvelles

Le centre communautaire de Lausanne a été renommé Régent-Martimbeau.

Ce choix a été entériné à la suite d'un processus de consultation dont a fait partie le comité de toponymie de la Ville de Laval. Le nom du centre est celui d’un ancien directeur du Service de la culture, des loisirs, du sport et du développement social de la Ville de Laval.

« Il était tout naturel de nommer un bâtiment municipal au nom de cet homme dévoué qui a fait évoluer notre service des loisirs pour qu’il devienne ce qu’il est aujourd’hui. C’est avec fierté que la Ville lui rend hommage », affirme Nicholas Borne, élu responsable au dossier des loisirs et du sport.

En effet, Régent Martimbeau a entamé sa carrière à la Ville en 1956 comme assistant-moniteur pour les terrains de jeux. Il a ensuite gravi les divers échelons jusqu’à devenir directeur, poste qu’il a occupé jusqu’à sa retraite. La plupart des infrastructures de loisirs et de sports sur le territoire ont été érigées sous sa gouverne; M. Martimbeau a sans contredit marqué l'histoire, dans ce domaine, à Laval.

Le centre communautaire est situé dans le parc de Lausanne, à Vimont, où se trouvent plusieurs grands terrains destinés aux sports d’équipe. Cette infrastructure, qui a ouvert ses portes en 2019, a nécessité un investissement de près de 5,5 M$ et a été aménagée à partir des demandes et besoins formulés par les organismes sportifs et de loisirs lavallois.

D’une superficie totale de 1 393 m2, le nouveau centre bonifie l’offre matérielle aux citoyens du quartier. De plus, le bâtiment respecte les principes de l’accessibilité universelle et est certifié LEED OR. Un stationnement comptant trois bornes de recharge pour véhicules électriques y est finalement annexé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.