Publicité

28 juin 2021 - 11:00

Situation épidémiologique

Le Québec doit-il craindre le variant Delta ?

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Détecté pour la première fois au mois de décembre 2020 en Inde, le variant Delta s’est répandu depuis un peu partout sur la planète, notamment au Royaume-Uni où une flambée des cas de contamination au coronavirus est observée actuellement. Ce variant se serait toutefois très peu répandu au Québec jusqu’à présent.

Le Québec n’a détecté que 35 cas pouvant être associés au variant Delta, aussi connu sous le nom B.1.617. La région de Montréal est pour l’instant la plus touchée avec 21 infections et la Montérégie la suit de près avec 7 autres cas.

Ce variant pourrait néanmoins selon les experts être davantage présent dans la province puisqu’aucun test de dépistage spécifique n’est encore suffisamment efficace pour le déceler à grande échelle.

Ce dernier serait plus virulent et transmissible pouvant augmenter le risque d’hospitalisation. La Santé publique reste donc prudente.

Selon les données recueillies au Royaume-Uni, le vaccin d’AstraZeneca est moins efficace contre Delta. Rappelons que ce vaccin n’est plus offert comme première dose depuis la mi-mai au Québec.

Avec 75% de la population qui aura reçu une deuxième dose d’ici la fin du mois d’août si tout se passe comme prévu, la situation pourrait être contrôlée. Les experts redoutent malgré tout une quatrième vague à l’automne, mais difficile de déterminer comment elle se déroulera pour l’instant.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.