Publicité

10 octobre 2021 - 11:30

COVID-19

Dubé réitère son ultimatum aux employés du réseau de la santé non vaccinés

Par La Presse Canadienne

Le ministre de la Santé Christian Dubé a réitéré son ultimatum aux employés du réseau de la santé qui n’ont pas encore été vaccinés contre la COVID−19.

Sur son compte Twitter, M. Dubé a prévenu samedi les quelque 15 000 employés non vaccinés que «mesures importantes de réorganisation de services seront annoncées cette semaine». 

Il s’était déjà engagé à présenter la semaine prochaine un plan de contingence, qui prévoit une réorganisation des services dans le réseau.

Les milliers de travailleurs du réseau québécois qui ne sont pas doublement vaccinés contre la COVID−19 se retrouveront donc en congé forcé sans solde à compter du 15 octobre.

Il ajoute que le gouvernement continue de se conformer à la recommandation de la Santé publique au sujet de la vaccination dans le réseau de la santé.

«La seule façon de diminuer les impacts, c’est de se faire vacciner», leur a lancé le ministre Dubé.

Selon les données publiées samedi par Santé Québec,  le pourcentage de personnes âgé de 12 ans et plus ayant reçu une première dose est toujours d’environ 89 %. On signale aussi qu’environ 85 % de la population québécoise a reçu une deuxième dose.

M. Dubé a indiqué jeudi que les travailleurs de la santé québécois qui refusent toujours de se faire vacciner ne pourront pas se prévaloir d’un motif religieux pour maintenir leur position et espérer demeurer en poste.

Le gouvernement québécois avait annoncé au début de septembre que «tous les intervenants de la santé et des services sociaux, qu’ils soient en contact direct rapproché ou non avec les patients, devront être adéquatement vaccinés contre la COVID−19, à moins de contre−indication à cet effet».

Cette mesure vise à protéger le réseau qui est déjà sous pression, surtout à Montréal, avait expliqué M. Dubé. Elle est aussi édictée en faveur des employés et des patients.

«On ne peut accepter que des travailleurs mettent des personnes vulnérables à risque», a−t−il souligné.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.