Publicité

20 octobre 2021 - 10:00

Les 3, 15 et 26 novembre

Trois jours de grève à la Société de transport de Laval

Par La Presse Canadienne

Il y aura grève des chauffeurs d’autobus à la Société de transport de Laval le 3 novembre, ainsi que le 15 et le 26 du même mois.

La section locale concernée du Syndicat canadien de la fonction publique affilié à la FTQ, qui les représente, en fait l’annonce mercredi. Le syndicat représente 627 chauffeurs d’autobus.

La direction de la STL trouve inadmissible cette décision du syndicat des chauffeurs d’autobus, alors que les parties n’en sont qu’à leur deuxième séance de médiation.

Les services essentiels à maintenir lors de ces trois journées de grève devront maintenant être déterminés.

Les membres du syndicat s’étaient dotés d’un mandat de grève, en janvier dernier, dans une proportion de 99 %. La direction de la STL avait demandé la médiation à la mi−septembre.

Le syndicat relate, parmi les points en litige, la volonté de la société de transport d’annuler des trajets d’autobus lorsque la demande n’est pas suffisante, ainsi que la flexibilité attendue des chauffeurs surnuméraires et le choix des horaires.

Pour ce qui est de la question salariale, le syndicat affirme revendiquer les mêmes augmentations que ce qui est offert dans d’autres secteurs d’activité.

La STL, comme les autres sociétés de transport en commun, a été grandement affectée par la pandémie de COVID−19, qui a entraîné une baisse de l’achalandage, donc une diminution des revenus. Elle fait valoir que son cadre financier est en conséquence serré et qu’elle doit le respecter. 

La STL fait valoir qu’elle a réussi à s’entendre avec d’autres syndicats, tout en respectant son cadre financier. « Ces ententes ont été conclues avec les mêmes paramètres financiers et opérationnels que ceux proposés pour le renouvellement de la convention collective des chauffeurs et chauffeuses.»

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.