Publicité

21 novembre 2021 - 15:00

Bilan de la santé publique

COVID-19: 707 nouveaux cas au Québec

Par La Presse Canadienne

La dernière poussée de la pandémie de COVID−19 ne semble pas s’épuiser au Québec.

Selon les données publiées dimanche par le ministère de la Santé, 707 nouveaux cas ont été identifiés depuis le précédent bilan. C’est la cinquième journée consécutive où le nombre de cas supplémentaire dépasse 700.

On en comptait 815 la veille. Les autorités ont recensé 439 071 cas depuis le début de la pandémie.

Santé−Québec indique que 396 de ces 545 nouveaux cas n’avaient pas été vaccinés ou avaient reçu une première dose il y a moins de 14 jours. Deux cent quatre−vingt−quatorze personnes nouvellement infectées avaient reçu deux doses depuis au moins sept jours.

Au cours des sept derniers jours, la moyenne de nouveaux cas s’élève à 676.

Trois nouveaux décès se sont ajoutés au bilan des victimes. On déplore dorénavant 11 558 morts liées à la COVID−19 depuis son apparition au Québec.

La situation est demeurée relativement stable dans les hôpitaux où le nombre de patients est passé de 201 à 199. Dix−neuf personnes ont été admises à l’hôpital. On signale 41 personnes aux soins intensifs, quatre de moins que la veille.

Le nombre d’éclosions actives a toutefois augmenté, passant de 580 à 581.

Un total de 23 427 analyses ont été réalisées le 19 novembre. Le taux de positivité a bondi de cinq dixièmes de point à 3,0.

Les autorités ont aussi indiqué que 5933 doses de vaccin, dont 3540 deuxièmes doses, ont été administrées au cours des 24 dernières heures, pour un total de plus de 13,42 millions.

Le pourcentage de personnes âgé de 12 ans et plus ayant reçu une première dose est toujours d’environ 91 %. On signale aussi qu’environ 88 % de la population québécoise a reçu une deuxième dose.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.