Publicité

29 décembre 2021 - 13:00

L'Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES)

Entente entre Québec et les pharmaciens

Par Salle des nouvelles

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé et la ministre responsable de l'Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel sont heureux d'annoncer qu'une entente de principe a été conclue avec l'Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES). 

« Je tiens à féliciter les équipes de négociation d'avoir travaillé de façon intensive au cours des derniers jours afin de parvenir à une entente de principe. Le processus a permis d'entendre les préoccupations de l'APES afin d'en arriver à une entente qui se veut mutuellement satisfaisante. L'entente permet notamment de reconnaitre l'apport essentiel des pharmaciens d'établissements dans la qualité des soins offerts aux usagers du réseau de la santé et des services sociaux, par des services pharmaceutiques efficaces, adaptés et sécuritaires », souligne Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Cette entente de principe vise le renouvellement des conditions de travail des pharmaciens exerçant en établissement de santé et de services sociaux.

« Cette nouvelle entente de principe démontre, une fois de plus, que le gouvernement du Québec est à l'écoute des préoccupations de l'ensemble des professionnels en soins qui œuvrent jours et nuits dans chacun des établissements du réseau. Nous sommes convaincus que cette entente est gagnante pour les pharmaciens visés et bénéfique pour l'ensemble des Québécoises et des Québécois», ajoute Sonia LeBel, ministre responsable de l'Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor.

Bien que cette entente ait été approuvée par une instance décisionnelle de l'APES, le contenu de l'entente demeure confidentiel jusqu'à ce que celle-ci ait été entérinée par les membres. Rappelons que l'APES représente près de 1700 pharmaciens.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.