Publicité

29 mai 2015 - 15:21

Inova Source : quand algues et enzymes font bon ménage

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde
Toutes les réactions 1

La combinaison des expertises de Guillaume Brault et Viviane Bélair a permis au duo de fonder sa propre entreprise de biotechnologie spécialisée dans la production, l’extraction et la transformation de microalgues en composés nutraceutiques. Bienvenue dans l’univers d’Inova Source.

«Notre approche est innovatrice en ce sens qu’elle consiste à employer des techniques d’extraction dernier cri couplées à l’utilisation de procédés de transformation enzymatiques pour produire et commercialiser des huiles hautement enrichies (à plus de 90 %) en oméga-3», indique le cofondateur Guillaume Brault.

La société biotechnologique a mis au point une technologie innovatrice de production de suppléments alimentaires d’oméga-3 qui permet de répondre à la demande alors que les procédés industriels classiques, qui étaient en vigueur jusqu’ici, ne pouvaient fournir la quantité et la qualité du produit offert par Inova Source.  

Créée l’an dernier, elle a emménagé en janvier dernier dans des locaux universitaires de l’INRS-Institut Armand-Frappier.

«Ce modèle d’affaires est gagnant pour tout le monde. Nous disposons d’un parc technologique qui nous aurait été impossible à acquérir en tant qu’entreprise en démarrage. De notre côté, nous amenons des subventions à l’INRS ainsi que la propriété intellectuelle pour la commercialisation future.»

Sa collègue Viviane Bélair souligne que le produit obtenu par l’application des techniques développées est unique et possiblement s’inscrira dans la tendance au cours des cinq prochaines années.

«Notre niche biotechnologique nous permet d’offrir une molécule supérieure, de meilleure qualité en matière de forme et de concentration. L’actuelle huile de poisson est faite à partir d’une ressource qui est limitée et qui est contaminée alors que la microalgue, à la base de la chaîne alimentaire marine, est riche en huile et est à l’origine de la production d’oméga-3 et d’oméga-6», dit celle qui est doctorante à l’Université McGill.

Perspective

La paire d’universitaires est à l’étape de démonstration de ses procédés et rendements. Une étude de marché a été réalisée et le potentiel de clientèle est fort encourageant. D’ici un horizon à moyen et long terme, il est fort possible qu’Inova Source décroche des ententes commerciales majeures.

Le duo entrevoit l’avenir avec un optimisme certain. Bien d’autres marchés que ceux des oméga-3 et oméga-6 peuvent s’ouvrir à eux.

«Nos procédés biotechnologiques nous offrent un éventail de choix. Les microalgues contiennent d’autres acides gras bénéfiques pour la santé humaine, entre autres. Sans compter que nous pourrons nous tourner vers les marchés des biocarburants, les bioplastiques et les solvants organiques biodégradables, par exemple. Nous serons le fournisseur de matière première (molécule biologique) pour une foule de domaines», explique Guillaume Brault.

Distinction

À la mi-mai, Guillaume Brault s’est vu remettre le Prix de l’entrepreneuriat Mitacs. Cet honneur souligne le travail exceptionnel que les anciens boursiers Mitacs continuent de réaliser à la suite de leur stage en entreprise, c’est-à-dire créer des emplois, se démarquer dans leur travail, contribuer à l’innovation au Canada et démontrer un leadership et un esprit novateur exemplaires.

Mitacs est un organisme national sans but lucratif qui conçoit et met en œuvre depuis 15 ans des programmes de recherche et de formation au Canada. De concert avec 60 universités, des milliers de compagnies ainsi que les gouvernements fédéral et provinciaux, ils construisent des partenariats appuyant l’innovation industrielle et sociale au Canada.

Quelques mois auparavant, il avait été décoré d’une bourse du groupe Proteo.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Félicitations à cette équipe ! Est-il possible d'avoir plus d'informations sur la culture des microalgues ? Car si je comprends bien, les microalgues sont les matières premières utilisées pour cette extraction. Une culture industrielle intensive est-elle envisagée ?

    Hary - 2015-06-02 17:19