Publicité
26 février 2019 - 08:00 | Mis à jour : 10:16

IGA Extra de Laval est nommé Grand Bâtisseur IGA 2019

Par Jessica Brisson, Journaliste

Pierre Sévigny, copropriétaire de deux magasins IGA extra à Laval et L’Île-Bizard, vient de recevoir la distinction de « Grand bâtisseur ». Il s’agit d’un prix décerné une fois par an par l’ensemble des marchands IGA, pour souligner le parcours et les réalisations exceptionnels de l’un de leurs pairs.

M. Sévigny a reçu cet honneur dans le cadre de l’Assemblée annuelle des marchands IGA, des mains de Pierre St-Laurent, vice-président principal et directeur général - exploitation de détail et développement des affaires chez Sobeys et Alain Ménard, vice-président principal exploitation de détail chez Sobeys. Il a été récompensé pour son parcours atypique mais déterminant pour le commerce de détail en alimentation. Une récompense méritée pour celui qui, depuis 1960, contribue à la croissance d’un modèle d’affaires unique en Amérique du Nord.

Près de 60 ans dans l’alimentation et le commerce de détail

Né en 1944, Pierre Sévigny est le quatrième d’une famille de cinq enfants. Voulant aider sa mère monoparentale, il entre chez Steinberg à 16 ans, en tant qu’emballeur. Il gravit ensuite les échelons du magasin pour finalement en devenir le directeur, 12 ans plus tard.

En 1976, il entre au service du groupe Oshawa (alors propriétaire des bannières IGA), pour qui il gère un hypermarché d’alimentation de 140 000 pieds carrés. Un endroit unique pour l’époque! C’est ensuite dans la haute direction que ce fin stratège exercera ses talents. Il occupera tour à tour les postes de directeur des systèmes de points de vente, puis vice-président exploitation de détail et pour finir, de vice-président principal d’exploitation. Il contribuera au développement et à la modernisation des bannières IGA pour en faire ce qu’elles sont aujourd’hui : un fleuron québécois.

En 2011, il prend sa retraite, mais ne quitte pas le secteur de la grande distribution puisqu’il acquiert, avec son fils Christian et son petit-fils Pablo, un magasin IGA extra à Laval, puis un autre à L’Île-Bizard en 2018. À ce jour, les marchés Sévigny comptent 200 employés et totalisent un chiffre d’affaires de 50 millions de dollars.

Innover pour développer

Visionnaire, Pierre Sévigny a su, tout au long de sa carrière, engager les changements nécessaires au développement des bannières dont il avait la charge. Modernisation des systèmes de caisse, lancement d’un cybermarché, développement de programmes commerciaux et de formations en magasin; il n’a reculé devant rien pour faire croitre ce modèle d’affaires. À l’écoute des marchands il a su gagner leur confiance et les fédérer.

En témoignent les 177 magasins qui ont rejoint la bannière IGA pendant ses années de service et les différents prix que les marchands ont souhaité lui décerner : le Golden Pencil Award en 2010, et le titre de Grand Bâtisseur aujourd’hui.

«Le succès du modèle d’affaires d’IGA repose sur un réseau de marchands propriétaires qui travaillent ensemble. Pierre Sévigny l’a bien compris et il a largement contribué à son développement. Ses qualités d’écoute, son humanité, et son audace ont fait beaucoup pour IGA. Son parcours est remarquable et nous sommes très heureux de lui décerner le titre de Grand Bâtisseur », explique Alain Ménard, vice-président principal, exploitation de détail chez Sobeys.

Celui qui, étant jeune, voulait devenir avocat a finalement fait du commerce de détail sa vocation. Une passion qu’il partage avec ses enfants et sa femme, rencontrée lors d’un congrès annuel de Sobeys. « Je suis très fier de recevoir ce titre. J’ai passé près de la moitié de ma vie au service d’IGA et suis très heureux d’avoir participé à son ascension. Je compte aujourd’hui parmi l’un de ses marchands et m’y sens comme en famille », confie Pierre Sévigny. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.