Publicité

18 juillet 2020 - 06:00

L'appareil envoie des signaux lumineux

Un entrepreneur lavallois imagine un badge pour faire respecter la distanciation

Par Salle des nouvelles

Le nouveau badge de distanciation EGID, un appareil technologique innovateur imaginé par l'entrepreneur lavallois Stéphane Bernier, président de Pubsphere, devrait être mis sur le marché à la fin du mois d'août à Laval.
 
Le dispositif portatif, entièrement fabriqué au Québec, vise à faciliter la reprise sécuritaire des activités en situation de COVID-19. Il s'agit d'un badge de distanciation sociale autonome, qui calcule les distances au millimètre près.
 
Muni de la technologie Lidar (estimateur de la distance par laser) et appuyé d'un détecteur infrarouge programmé d'un algorithme détectant la chaleur humaine, il envoie un signal lumineux aux interlocuteurs qui entrent dans la zone de distance préalablement établie.
 
Contrairement aux produits similaires qui nécessitent deux appareils qui communiquent, seule une personne doit porter le dispositif pour que la protection s'active.
 
Selon son inventeur, le badge pourrait répondre aux besoins de toute compagnie cherchant à se protéger et rassurer ses clients et employés, comme celles oeuvrant dans l'industrie du commerce de détail, de l'hôtellerie, du tourisme ou des services aux personnes âgées. Pubsphere explore actuellement des opportunités de partenariats avec différents acteurs de ces industries.
 
Le badge devrait être vendu partout au Canada, aux États-Unis et éventuellement en Europe.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.