Publicité

18 novembre 2020 - 11:00

Sondage EY

Achats des Fêtes : 90 % des consommateurs se tourneront vers les marques maison

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

À l'approche de la période des Fêtes, un sondage de l'indice d'EY sur l'évolution des habitudes des consommateurs révèle que la grande majorité des Canadiens (90 %) s'éloigneront des grandes marques pour se tourner vers les produits de marques maison au moment où la pandémie de COVID-19 continue de perturber les comportements et les habitudes de consommation.

« À la suite de soudaines interruptions de chaînes d'approvisionnement et fermetures de magasins partout dans le monde, de nombreux consommateurs ont dû modifier leurs habitudes d'achat pour essayer de nouveaux produits et de nouvelles méthodes d'achat lorsque leurs marques habituelles n'étaient pas offertes, affirme Daniel Baer, associé et leader du secteur Produits de consommation et commerce de détail, Certification, EY Canada. Les produits de marques maison ont gagné en popularité alors que les détaillants nord-américains ont investi dans leurs programmes de marques maison en offrant des produits, des saveurs et des promotions novateurs. »

Le sondage montre qu'au moment de choisir un produit ou un service, les consommateurs se concentrent sur le prix (60 %) et la disponibilité (40 %), et que 62 % des répondants réfléchissent plus soigneusement à la façon dont ils dépensent leur argent.

« Fait important, ce ne sont pas seulement les consommateurs avisés qui manifestent un intérêt marqué pour les marques maison, explique Daniel Baer. Les consommateurs définis par leur désir d'accorder la priorité aux entreprises locales, à la planète ou à la société s'intéressent beaucoup également aux produits de marques maison. »

Commerce électronique
L'accélération du commerce électronique en raison du nombre croissant de consommateurs qui font leurs achats en ligne renforce la façon dont les détaillants doivent repenser les processus de transformation numérique pour s'assurer que les marques offrent aux consommateurs de la période des Fêtes une expérience virtuelle qui ne soit pas axée que sur un produit, mais aussi sur le choix, la rapidité, la facilité, la valeur et le caractère abordable.

Selon M. Baer, « au lieu de profiter du plaisir de l'expérience de magasinage physique habituel, les consommateurs tentent d'effectuer leurs achats rapidement et efficacement. Les détaillants doivent être conscients du fait que les promotions et les grands soldes ne suffiront pas. Ils devront prendre des mesures audacieuses pour transformer le positionnement de produits comme les produits d'épicerie, les décorations, les tissus et les lumières, que les consommateurs pourraient normalement toucher et sentir, afin qu'ils soient attrayants et interactifs pour les cyberconsommateurs. »

Malgré les promotions numériques et les communications commerciales qui inondent les boîtes de courriel, moins de la moitié des consommateurs canadiens comptent participer aux grands soldes, et la majorité des répondants (69 %) reporteront leurs achats importants.

« Les résultats du sondage montrent que les achats des consommateurs seront fondamentalement différents cette année, car les Canadiens recherchent les meilleures affaires qui leur en donneront le plus pour leur argent, indique M. Baer. Le moment est venu pour les détaillants de mettre en œuvre une approche axée sur le rapport de l'entreprise à l'humain (business-to-human, ou B2H) en matière de services et d'expériences pour stimuler les relations clients au cours de la prochaine période des Fêtes et de la prochaine année. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.