Publicité

2 septembre 2021 - 14:22 | Mis à jour : 14:53

Le tourisme d’affaires est une industrie majeure qui a généré 663,7 M$, en 2019

Tourisme Laval veut propulser le développement du tourisme d'affaires

Par Salle des nouvelles

Tourisme Laval, soutenue par Tourisme Montérégie, Tourisme Centre-du-Québec et Tourisme Outaouais, déploie une démarche collective de prospection, d’identification et de qualification d’opportunités en tourisme d’affaires pour soutenir les hôtels, sites de congrès et fournisseurs dans leurs offensives de vente.

Cette démarche a pour but de générer des nuitées et des retombées directes et indirectes liées aux événements d’affaires. Une nouvelle ressource viendra dès septembre soutenir les équipes de vente des régions participantes en actualisant les bases de données, en améliorant la connaissance de la clientèle et en générant des opportunités d’affaires.

Au sens élargi, le tourisme d’affaires, en plus de générer des revenus dans les hôtels, centres de villégiature et centres de congrès, profite aussi aux attraits touristiques, aux restaurateurs et traiteurs ainsi qu’aux fournisseurs de produits et services aux congrès et événements d’affaires.

Selon Tourisme affaires Québec (TAQ), le tourisme d’affaires est une industrie majeure qui a généré, en 2019, 663,7 M$ en dépenses directement liées à l’organisation de 3 449 événements d’affaires partout au Québec.

Le secteur employait avant la pandémie 27 000 personnes, contribuant ainsi à la vitalité économique et sociale des régions.

« Ce projet collectif permettra d’accroître efficacement le tourisme d’affaires, ce qui répondra directement aux besoins des ATR et de leurs membres. Cette nouvelle structure innovante crée une force de démarchage cohérente et permet d’élargir la prospection à de nouveaux marchés et de nouvelles clientèles, » mentionne Genevière Roy, présidente-directrice générale de Tourisme Laval.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.