Publicité
4 juillet 2019 - 14:00

Plus de 150 danseurs se sont réunis pour offrir des prestations et des ateliers auprès de plus de 2500 personnes au cours de la fin de semaine

Le FestiLaval Danse : une expérience qui sera renouvelée l’an prochain

Par Salle des nouvelles

L’Ensemble folklorique Les Bons Diables en partenariat avec le Réseau Québec Folklore a tenu la première édition du FestiLaval Danse la fin de semaine du 28, 29 et 30 juin au parc Bernard-Landry à Laval. Plus de 150 danseurs se sont réunis pour offrir des prestations et des ateliers auprès de plus de 2500 personnes au cours de la fin de semaine. Face au succès de ce festival, l'expérience sera certainement renouvelée l’an prochain. 

Les festivaliers ont pu profiter de spectacles donnés par des troupes québécoises, orientales-baladi, mexicaines et bulgares sur la grande scène. Un plancher de danse, situé à proximité, offrait des ateliers de danses du monde : Mexique, Roumanie, Québec, États-Unis, Bulgarie, Angleterre, Égypte et Russie. Les petits enfants pouvaient aussi profiter de maquillages et d’un jeu gonflable. 

Les organisateurs tiennent à remercier leurs partenaires, leurs commanditaires ainsi que les organismes qui les ont soutenus pour l’événement, notamment, la ville de Laval, le Studio Viau, Rythme FM 105,7, la radio du Vieux Sainte-Rose 89,7 FM, la troupe Fantasia de Laval ainsi que les corps de cadets et Escadron 2567 Dunkerque, 313 Intrépide et 784 Saint-Vincent-de-Paul. 

L’objectif du FestiLaval Danse est d’offrir aux gens de tout âge, toute origine et tout niveau un lieu de rassemblement pour partager le plaisir de la danse. Le comité organisateur espère, dès l’an prochain, être en mesure d’accueillir bien plus de troupes et de groupes pour proposer une programmation plus diversifiée. La danse est un art physique qui développe à la fois l’esprit et la santé et c’est pourquoi nous insistons sur l’importance d’événements qui célèbrent l’accessibilité à la danse. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.