Publicité
26 septembre 2019 - 10:01 | Mis à jour : 10:16

Le prévenu serait entré en contact avec une jeune fille de onze ans par le biais de Messenger l’automne dernier.

Jeunes victimes de leurre informatique recherchées

Par Salle des nouvelles

Le 4 septembre dernier, le Service de police de Laval (SPL) a procédé à l’arrestation de Mario Jr Huard, âgé de 27 ans, pour leurre informatique, avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite et bris de condition.

Rappelons les faits. Le prévenu serait entré en contact avec une jeune fille de onze ans par le biais de Messenger l’automne dernier. Des échanges écrits se sont poursuivis pendant plusieurs jours. Des images et des vidéos sexuellement explicites auraient été envoyées à la victime. Sur sa page Facebook, Mario Jr Huard utilise un profil au nom de Sakapfet Rose et affirme avoir 22 ans. Il aurait eu des échanges inappropriés avec la jeune fille bien qu’il savait qu’elle était mineure.

Les enquêteurs de la Division des crimes majeurs ont des raisons de croire que l’accusé aurait pu faire d’autres victimes et les invite à communiquer avec eux. Les victimes auraient été choisies au hasard, par le biais des réseaux sociaux.

 Mario Jr Huard a comparu au Palais de justice de Laval, est gardé détenu et sera de retour à la cour le 9 octobre prochain.

Toute personne qui aurait été victime de cet homme est invitée à nous contacter, de façon confidentielle, par notre Ligne-Info au 450 662-INFO (4636) ou en composant le 911, et en mentionnant le dossier LVL 181212 065.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.