Publicité
19 février 2020 - 15:00

En l'espace de trois mois

Une 4e tentative d'incendie criminel cible une entreprise de Fabreville

Par Salle des nouvelles

Le Service de police de Laval (SPL) demande la collaboration du public pour identifier deux suspects qui auraient tenté de mettre le feu à une entreprise d’aménagement paysager et de déneigement, située sur le boul. Dagenais Ouest à Fabreville.

Le 11 février dernier, vers 1 h 26, un véhicule suspect a été aperçu sur les images de la caméra de surveillance du commerce visé. Deux individus se sont approchés, ont fracassé la vitrine et ont lancé plusieurs pots d'essence pour tenter d'allumer le tout, sans succès. 

Vers un conflit de nature professionnelle ?

En trois mois, il s’agit du quatrième événement similaire à se produire à cette adresse. Les trois autres incendies ont eu lieu à l’automne dernier. L’enquête laisse croire qu’un conflit de nature professionnelle serait en cause.

Le premier suspect est un homme grand et mince (voir photos), vêtu en foncé et au moment des faits, il portait un masque de ski de style cagoule et des souliers foncés. Le second est également mince, plus petit que le premier et vêtu d’une veste coton ouaté de couleur gris foncé avec une fermeture éclair et un logo plus pâle à identifier. Il portait un capuchon sur la tête et des souliers blancs.

Toute personne qui aurait de l'information concernant ces individus peut communiquer, de façon confidentielle, sur la Ligne-Info au 450 662-INFO (4636) ou composer le 911 et mentionner le dossier LVL 200211 074.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.