Publicité
6 mars 2020 - 12:30 | Mis à jour : 12:42

L'homme sera de retour le 9 mars prochain devant la Cour

La police recherche d'autres potentielles victimes d'agressions sexuelles de Mohamad Mahdi

Par Salle des nouvelles

En octobre dernier, le Service de police de Laval a procédé à l’arrestation de Mohamad Mahdi, âgé de 31 ans, pour des agressions sexuelles survenues à Laval et sur la Rive-Nord. Ils ont des raisons de croire que d'autres victimes de ce type d'actes ont été agressées et enjoignent ces dernières à porter plainte.

Au moment des faits, l’accusé travaillait comme technicien informatique pour une entreprise de câbleau distribution. Il se serait présenté chez la victime pour installer les produits demandés le 26 juillet 2019, à Sainte-Thérèse de Blainville, et le 6 septembre, à Laval. En commençant les travaux, il aurait profité de l’occasion pour poser des questions intimes et faire des attouchements sexuels.

L’accusé a comparu le 17 octobre 2019 au Palais de justice de Laval sous plusieurs chefs d’accusation, soit: agression sexuelle et séquestration. Il a été libéré avec des conditions à respecter et il sera de retour à la cour le 9 mars prochain. Le SPL a des raisons de croire que l’accusé aurait pu faire d’autres victimes. Toute personne qui aurait été victime de cet homme est invitée à contacter le SPL, afin de déposer une plainte officielle.

La structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, est actuellement déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifié au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.