Publicité

18 mai 2021 - 14:06 | Mis à jour : 14:57

Lutte au crime organisé

Le SPVM le SPL procèdent à trois arrestations

Par Catherine Deveault

Les enquêteurs aux stupéfiants Ouest de la Section du crime organisé du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), en collaboration avec le Service de police de Laval, ont procédé à trois arrestations et à la saisie de deux armes à feu et de diverses quantités de stupéfiants, les 13 et 14 mai derniers, à l’issue d’une opération policière menée dans les deux municipalités.

Les perquisitions, qui ont été effectuées dans des copropriétés de l’arrondissement de Ville-Marie et du quartier Chomedey, ont permis de mettre la main sur une arme de poing, une mitraillette, huit chargeurs, un lot de munitions ainsi que diverses quantités de cocaïne, d’héroïne et de cannabis. Plus de 7 000 $ en argent comptant ont aussi été trouvés sur les lieux.

Les suspects appréhendés, qui demeurent tous trois en détention, sont Soheyb Hammi, 31 ans, Hichem Rouabah, 26 ans, et Mohamed Reda Drif, 22 ans. Ils ont comparu au palais de justice de Montréal et font face à des chefs d’accusation liés à la possession d’armes à feu et au trafic de stupéfiants.

Toute personne détenant des informations pouvant aider les enquêteurs dans la lutte aux armes à feu et au trafic de stupéfiants, que ce soit en lien avec cet événement ou tout autre événement criminel, peut communiquer de façon anonyme et confidentielle avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133 ou via le formulaire de signalement disponible sur le site infocrimemontreal.ca.

En communiquant avec Info-Crime Montréal, des récompenses allant jusqu’à 2 000 $ peuvent être remises pour des informations menant à l’arrestation de suspects. Certaines conditions s’appliquent.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.