Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
15 août 2018 - 11:35 | Mis à jour : 12:23

Les 6-13 ans passent l'automne au labo au Musée Armand-Frappier

Par Salle des nouvelles

Cet automne, le Musée Armand-Frappier lance ses nouveaux ateliers scientifiques Jeunes au labo! pour les enfants de 6 à 13 ans. Lors de ces séries de neuf activités le samedi, les jeunes enfilent le sarrau pour résoudre des énigmes scientifiques tout en s’amusant.

Avec les ateliers Jeunes au labo!, permettez à vos enfants de partir à la découverte des sciences de la santé tout en s’amusant ! Accompagnés par des animateurs, experts en vulgarisation, les jeunes âgés de 6 à 8 ans et de 9 à 13 ans relèvent des défis en faisant des expériences, avec du matériel scientifique, dans un vrai laboratoire ! Grâce à ces nombreuses manipulations, ils découvrent également les différentes carrières liées aux biosciences.

Au programme de la session d’automne (les samedis du 13 octobre au 8 décembre) :

Pour les 6 à 8 ans : Ateliers autour de la science du corps humain.

À travers des jeux et expériences au labo, ils exploreront nos différents systèmes et organes, tous plus fascinants les uns que les autres !

Pour les 9 à 13 ans : Énigme scientifique S.O.S déversement.

Pour évaluer les risques et trouver des solutions pour décontaminer l'eau du lac, nos jeunes scientifiques mettront le sarrau, effectueront plusieurs manipulations et utiliseront un spectrophotomètre.

Les inscriptions pour la session d’automne sont présentement en cours sur www.musee-afrappier.qc.ca. Le tarif est de 100 $ pour les 6-8 ans (9 ateliers de 1h) et 150 $ pour les 9-13 ans (9 ateliers de 1h30). Ce montant comprend l'animation des neuf séances et le matériel.

Le ratio d'encadrement est de 1 animateur scientifique pour 8 jeunes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.