Publicité
15 novembre 2019 - 12:00

Le mercredi 20 novembre, dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits

Journée internationale du droit de l'enfant: une marche solidaire à Laval

Par Salle des nouvelles

La Marche de la solidarité à l’occasion de la Journée internationale du droit de l’enfant se fera en plusieurs départ: deux depuis l'école Quatre Vents, avec cérémonie protocolaire à l'arrivée à l'Hôtel de Ville et un depuis l'école Notre-Dame du Sourire, mercredi 20 novembre.

 Le maire de Laval, Marc Demers, ainsi que la conseillère municipale du district de Saint-Martin, Aline Dib, responsable des dossiers relatifs à l’enfance et à la famille, accueilleront les écoles, garderies et centres de la petite enfance ainsi que les organismes jeunesse qui marcheront de l’école les Quatre-vents, à Chomedey, jusqu’au parvis de l’hôtel de ville. Comme la tradition le veut, il y aura une levée du drapeau et les enfants viendront à tour de rôle lire des extraits de la Convention relative aux droits de l’enfant de l’Organisation des Nations unies.

Accréditée "municipalité amie des enfants" (MAE) depuis 2014, la Ville de Laval  a souhaité réaffirmé  sa volonté d’accorder une place de choix dans son offre de service aux enfants de son territoire. Ce grand rassemblement s’inscrit dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits, se déroulant du 17 au 23 novembre 2019.

 

Voici les détails des départs:

Depuis l'écol​e Quatre-Vents (Marche o​rganisée par la Maison des enfants Le Dauphin (Chomedey)):

Depuis l'école Notre-Dame du Sourire (Marche organisée par la Maison de la famille de St-François)

Pour connaître la programmation de cette semaine provinciale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.