Publicité
14 février 2020 - 14:29

Une première Petite rencontre pour la lecture autour de la motivation à lire des adolescents

Par Salle des nouvelles

Le 24 janvier dernier, organisée par le Regroupement lavallois pour la réussite éducative (RLPRE), avait lieu la première Petite rencontre pour la lecture au Centre de formation Compétences 2000.

Plus de 40 partenaires du réseau des bibliothèques et des milieux scolaires, communautaires, culturels et municipaux ont participé à cette matinée de réflexions et d’échanges sur les stratégies à adopter pour cultiver l’intérêt à lire chez les adolescents.

À la suite d’une consultation lavalloise tenue par le RLPRE en 2017, le développement de compétences en lecture a été identifié par les acteurs concernés comme étant un dossier prioritaire qu’ils souhaitent travailler collectivement.

Bien qu’un rapport positif à la lecture peut avoir une influence bénéfique sur la moyenne au secondaire, voire même sur la moyenne au cégep, seulement 22% des jeunes Québécois de sexe masculin déclarent lire pour le plaisir 3 heures et plus par semaine, alors que 47% des jeunes affirment avoir du mal à trouver des livres qui les intéressent.

Lors de la Petite rencontre, deux autrices ont été invitées à partager leurs approches pour attirer et engager les jeunes lecteurs. À travers ses romans, Marie Gray aborde des sujets controversés et tabous qui intéressent les adolescents. Dans sa démarche de création littéraire, elle s’entoure de psychologues, d’intervenants, mais aussi de jeunes, dans le but d’identifier les sujets qui interpellent ses lecteurs et de répondre à leurs questionnements sans jugement.

La booktubeuse et autrice Mélanie Jannard, quant à elle, utilise les vidéos et les réseaux sociaux afin d’encourager les jeunes à s’exprimer sur leurs lectures tout en créant un sentiment d’appartenance sociale, un facteur très important pour la motivation à l’adolescence. L’enregistrement vidéo permet à la fois aux jeunes d’exprimer leurs appréciations littéraires et d’exploiter un médium intéressant qui les sort de leur zone de confort. Des partenaires lavallois investis

Partenaires

Des partenaires lavallois concernés par le développement de la littératie ont également été invités à présenter leurs initiatives adressées aux jeunes. Mélanie Goyette, responsable du développement des publics à l’organisme culturel Rencontre théâtre ados, a présenté l’ensemble des activités qu’ils offrent aux adolescents. Ils encouragent les jeunes à lire en passant par le théâtre, les débats, l’improvisation et d’autres activités directement liées à la lecture.

L’organisme mise aussi sur la lecture en groupe pour favoriser l’interaction sociale et susciter des discussions et des réflexions collectives sur divers sujets qui interpellent les adolescents. Mathieu Tremblay, bibliothécaire à la Ville de Laval, a conclu le panel des conférenciers en présentant les soirées Interdit aux adultes tenues dans les bibliothèques municipales.

Ces événements spéciaux s’adressant exclusivement aux jeunes proposent une grande variété d’activités pour animer les adolescents, dont des manucures artistiques, des photomatons, des jeux vidéo ou alors des thèmes spéciaux comme dans le cas des soirées zombies. L’objectif est d’encourager les jeunes à s’approprier les lieux et aussi de créer des liens avec le personnel en place pour avoir le goût d’y retourner.

Un espace d’échanges

Dans le cadre de l’atelier de discussions qui a suivi les conférences, les partenaires ont souligné que le livre est un outil qui les aide à aborder les sujets délicats et les enjeux sociaux avec les jeunes.

Les lectures, ainsi que les débats et les échanges qui en découlent, permettent aux jeunes de mieux comprendre le monde, de réfléchir et de verbaliser leurs opinions.

Les échanges ont entre autres insisté sur l’importance de placer les intérêts et les préoccupations des jeunes au centre des activités liées à la lecture, en plus de diversifier les supports utilisés.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.