Publicité

5 mai 2021 - 14:00 | Mis à jour : 14:17

L'Association des camps du Québec demande une aide financière de 10M$

Incertitude autour de l’ouverture des camps de vacances

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Alors que la Direction de la Santé publique ne s’est toujours pas prononcée sur l’ouverture des camps de vacances pour la saison estivale 2021, l’Association des camps du Québec (ACQ) demande au gouvernement de mettre fin rapidement à l’incertitude qui plane autour de la possibilité de rouvrir les camps de vacances en indiquant clairement son intention quant à la levée du décret qui les empêche présentement d’opérer.

L’ACQ estime qu’à l’heure actuelle, la Direction générale de la Santé publique (DGSP) et le gouvernement du Québec disposent de toute l’information nécessaire pour prendre une décision éclairée quant à la réouverture des camps de vacances. L’ACQ et les autorités sanitaires ont travaillé en étroite collaboration pour élaborer un protocole strict et réaliste qui se doit d’être approuvé dans les meilleurs délais.

« En cette année particulière, nous avons la ferme conviction que les camps font partie des solutions aux problèmes de santé mentale auxquels font face nos jeunes et au stress des familles. Mais pour réussir, nous avons besoin du soutien du gouvernement », soulignait, en conférence de presse ce mercredi, Éric Beauchemin, directeur général de l’ACQ.

Une aide financière inestimable

L’ACQ demande également au gouvernement d’octroyer 10 M$ aux camps de jour et aux camps de vacances, afin d’être en mesure d’offrir à un maximum d’enfants et de familles un été à la hauteur de leurs attentes, dans un environnement sécuritaire.

L’an dernier, une aide d’urgence totalisant 13,7 M$ avait été versée aux camps certifiés du Québec. Des 10 M$ demandés, 6 M$ permettraient aux camps de vacances de financer la mise en œuvre du protocole et un soutien en cas de fermeture temporaire pendant l’été. Pour les camps de vacances qui ne pourraient rouvrir malgré la levée du décret, l’aide financière servirait à éponger leurs coûts fixes afin de survivre à la crise, comme ce fut le cas en 2020.

Des camps toujours indécis

Malheureusement, ce ne sont pas tous les camps de vacances qui pourront ouvrir leurs portes pour la saison estivale. En effet, un sondage réalisé auprès des membres de l’ACQ révèle qu’en tenant compte du protocole sanitaire, le tiers des camps affirment qu’ils ne pourront pas se conformer aux nouvelles directives dans les délais impartis ou qu’il est trop tard pour redémarrer leur site après plus d’un an d’inactivité.

Un tiers reste indécis, dû à l’incertitude, à la complexité et aux coûts de la mise en place des mesures sanitaires, et le dernier tiers soutient qu’ils seront certainement en mesure d’opérer si le gouvernement le permet et les soutient.

Finalement, des 10 M$ demandés par l’Association des camps du Québec, 4 M$ seraient versés aux camps de jour. Grâce à cette somme, ces camps pourraient non seulement opérer en respectant les mêmes mesures sanitaires que l’an dernier, mais pourraient également accueillir plus de jeunes et rattraper la baisse d’achalandage de 37% enregistrée en 2020.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.