Publicité
12 décembre 2014 - 16:12 | Mis à jour : 16:18

Les élus fédéraux de Laval font le bilan de la dernière année

De la victoire du NPD contre la déforme électorale des conservateurs aux gains pour les victimes de la thalidomide, en passant par la lutte contre le projet de port pétrolier à Cacouna et nos engagements en matière de santé, l’année 2014 a été remplie pour les députés néo-démocrates de Laval.

Le NPD a fait reculer le gouvernement sur les éléments les plus controversés de sa réforme électorale, décriée de toutes parts. Le NPD a aussi arraché aux conservateurs une compensation pour les victimes de la thalidomide, un médicament jadis utilisé par les femmes enceintes et qui a causé des malformations aux enfants.

En matière de sécurité ferroviaire, le NPD a exigé et obtenu du gouvernement fédéral le retrait graduel des wagons DOT-111, pointés du doigt dans la tragédie de Lac-Mégantic en raison de leur résistance insuffisante pour transporter du pétrole inflammable.

«Ce fut une année de rude opposition face à un gouvernement conservateur peu ouvert au dialogue démocratique, usant et abusant de bâillons pour passer des lois indignes. Nous restons vigilants pour que le Canada demeure un pays engagé pour la paix, le respect des droits des citoyens, la protection des familles et des personnes vulnérables, et, une exploitation plus responsable de nos ressources», a déclaré José Nunez-Melo (Laval).

La lutte pour empêcher Postes Canada de mettre fin à la livraison du courrier à domicile a aussi beaucoup occupé les députés néo-démocrates de Laval. En ce sens, le député Alain Giguère a fait des démarches auprès du vérificateur général pour lui demander de devancer de cinq ans son examen des finances de Postes Canada, qu’il effectue tous les dix ans.

«Postes Canada justifie la fin de sa livraison à domicile par la précarité de ses finances, mais elle a fait des profits dans 17 des 20 dernières années. Il est temps que nous sachions réellement ce qui se passe chez Postes Canada. Le vérificateur général a la légitimité pour faire ce genre d’étude et il va me donner une réponse en janvier», a indiqué Alain Giguère (Marc-Aurèle-Fortin).

La députée d’Alfred-Pellan a elle aussi eu une session chargée alors qu’elle a réussi à avoir l’appui de tous les partis à la deuxième lecture de son projet de loi privé qui vise à désigner le 5 mai comme étant la journée nationale de la sage-femme.

«Avec ce gouvernement majoritaire conservateur, il est très rare que les projets de loi de l’Opposition reçoivent l’appui unanime. C’est un énorme pas pour mon projet de loi qui a comme objectif de reconnaître le travail exceptionnel des sages-femmes et accroître l’accessibilité de cette profession au Canada», a expliqué Rosane Doré Lefebvre (Alfred-Pellan).

«Les coupures à Postes Canada et à Radio-Canada ainsi que le refus de soumettre l’industrie pétrolière à des normes plus strictes concernant les GES ne sont que quelques-unes des décisions prises par ce gouvernement en 2014 qui démontrent que les conservateurs travaillent dans l’intérêt de leurs donateurs, plutôt que dans celui de la classe moyenne canadienne. En 2015, nous mettrons fin à ce copinage», a dénoncé François Pilon (Laval—Les Îles).

Un programme clair

Le NPD a aussi proposé plusieurs politiques qu’il s’est engagé à mettre en place s’il est appelé à former le gouvernement en 2015.

Ainsi, le NPD va rétablir les 36 milliards de dollars en transferts fédéraux en matière de santé que les conservateurs ont coupés, réinstaurer un salaire minimum fédéral de 15$ de l’heure que les libéraux ont éliminé en 1996 et ouvrir une enquête sur les femmes autochtones assassinées ou disparues.

Le NPD veut aussi créer un programme national de garderies à 15$ par jour, selon le modèle du Québec, avec un droit de retrait avec pleine compensation pour la province.

 

SOURCE: Nouveau parti démocratique (NPD)

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.