Publicité
27 mars 2015 - 08:29

Rosane Doré Lefebvre plaide pour une représentation féminine plus importante dans les instances décisionnelles

Ghislain Plourde

Par Ghislain Plourde, Journaliste

Twitter Ghislain Plourde

La députée d'Alfred-Pellan, Rosane Doré Lefebvre, a dénoncé, à la Chambre des communes, les reculs enregistrés au niveau de la représentation féminine dans les conseils d’administration (CA) des sociétés publiques et privées. Du même coup, elle a vivement critiqué l’inaction du gouvernement Harper pour atteindre cet objectif en matière d’égalité des genres.

«En 2012, ce gouvernement s’était engagé à créer un conseil consultatif ayant pour mandat de promouvoir la participation des femmes aux conseils d’administration (CA) des sociétés publiques et privées. Malheureusement, le rapport tant attendu de ce conseil n’a toujours pas vu le jour», a déclaré la politicienne lavalloise.

Celle-ci rappelle que la majorité conservatrice en Chambre a voté contre le projet de loi de la députée néodémocrate de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, Anne-Marie Day, visant à augmenter la représentativité des femmes au sein des CA des sociétés d’État.

La Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF), qui fait le même constat que la représentante fédérale d’Alfred Pellan, rappelle que le gouvernement fédéral devrait montrer l’exemple en la matière.

«Les gouvernements ont des responsabilités en matière d’égalité et le Canada fait piètre figure au niveau mondial, en terme de parité, tant dans la représentation des femmes en politique (45e rang mondial) que dans les instances décisionnelles (14% en moyenne au Canada). Les lois ou les mesures d’atteintes en égalité ont démontré leur efficacité depuis longtemps. Il serait temps que le Canada emboîte le pas. C’est une question d’égalité et de démocratie », soutient la coordonnatrice de la TCLCF, Marie-Ève Surprenant.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.