Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 août 2018 - 09:00

Des élus à la défense du boisé du Trait-Carré

Les conseillers municipaux de Laval-des-Rapides et du Marigot, respectivement Madame Isabella Tassoni et Monsieur Daniel Hébert, ont uni leur voix à celles de 10 de leurs confrères et consœurs pour bloquer le projet de l’administration de céder le dernier espace vert du centre-ville au Fonds de solidarité de la FTQ.

Déjà très pauvrement boisé, cet espace urbain au cœur de notre ville allait perdre son poumon sans le travail de plusieurs élus et ex-élus.

« Le bois du Trait-Carré est un pilier important et fragile de mon district, » soulignait Mme Tassoni. « Je suis heureuse de le voir maintenant protéger. C’est une grande victoire pour l’environnement au centre d’un des plus importants îlots de chaleur de notre ville. Nous allons léguer aux générations futures un superbe parc au centre-ville où ils pourront aller se promener. »

Plusieurs personnes se sont impliquées activement dans ce dossier pour protéger le bois du Trait-Carré. Parmi ceux-ci, notons le travail du député provincial de Laval-des-Rapides, Monsieur Saul Polo, de Monsieur Daniel Desroches des Amis du Boisé du Souvenir et particulièrement de Monsieur Pierre Anthian, ex-conseiller municipal de Laval-des-Rapides, ainsi que Madame Claude Locas, la première à avoir alerté les conseillers municipaux sur la valeur de cet espace.

« La transformation du bois du Trait-Carré était pour moi un non-sens depuis le début », pointait M. Hébert. « Ce secteur de Laval manque cruellement de verdure et l’administration nous proposait de raser ce qui restait : je ne pouvais pas accepter cette option. »

Les élus qui ont pris leur distance du parti du Maire voient maintenant qu’une plus grande démocratie s’installe au Conseil de Ville. Le Maire ne peut plus dicter ses choix personnels ; il doit composer avec les intérêts des citoyens qui sont aujourd’hui beaucoup mieux représentés. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.