Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
15 août 2018 - 11:57 | Mis à jour : 12:25

L'AFPAD enfin entendue par la ministre de la Justice

Par Salle des nouvelles

L'Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) salue l'annonce de la création d'un programme de soutien aux proches de personnes décédées à la suite d'un acte criminel. L'annonce a été faite le mardi 14 août, par la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

L’AFPAD et ses familles ont été entendues suite aux multiples demandes d’aide et d’indemnisation pour ces parents et ces proches qui devaient souvent s’appauvrir afin d’assister au procès de leurs proches. Ce fonds d’aide sera mis sur pied à la fin de l’automne 2018.

La réalité : l'appauvrissement

Suite à un homicide, les proches de la victime s’appauvrissent financièrement, car ils doivent assumer tous les frais, et ce sans compter la perte de revenu relié à l’absence au travail qui prend souvent plusieurs mois voire jusqu’à un ou deux ans, si tout se passe bien.

Mais le cauchemar de ces familles ne s’arrête pas là, car les longs délais judiciaires font en sorte que ces familles sont plongées dans le cauchemar durant plusieurs années. En général, les membres de la famille de la victime tiennent à assister au procès pour honorer la mémoire du défunt, même si ce qu’ils entendent est horrible.

« Bien que ce besoin soit légitime, plusieurs familles ne pouvaient malheureusement pas assister au procès pour des raisons financières. Dans plusieurs cas, les personnes étaient à plus de 300 km de l’endroit où se tenait le procès et certains ont dû même vivre dans leur voiture. D’autres familles, comme les parents de Clémence Beaulieu-Patry et de Gabrielle Dufresne-Elie, toutes deux sauvagement assassinées, ont dû assumer des frais de subsistance pour y assister, tels des frais de déplacement, d’hébergement et de repas pour cette période qui dure de 6 à 8 semaines. Nous saluons ce nouveau programme qui viendra soulager financièrement nos familles. Merci, Madame la Ministre, de nous avoir entendus », a déclaré Nancy Roy, directrice générale de l’AFPAD.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.