Publicité
27 février 2019 - 09:03 | Mis à jour : 09:11

Le député Yves Robillard a pris part à la mission parlementaire du Comité sur la Défense National au Mali

Par Salle des nouvelles

Le 9 février 2019, le député de la circonscription de Marc-Aurèle-Fortin, Yves Robillard, accompagné une délégation parlementaire du Comité sur la Défense Nationale lors d’une mission au Mali.

Arrivé à Dakar (Sénégal), Yves Robillard s’est entretenu avec l’ambassadeur du Canda au Sénégal et le personnel diplomatique sur le contexte de la mission ainsi que ses objectifs. Cette rencontre a permis de souligner le rôle essentiel que jouent les Forces Armées Canadienne au soutien des forces armées de l’ONU.

À Bamako (Mali), la délégation a rencontré les officiers d’état-major canadiens de la MINUSMA, les forces de police canadiennes, le personnel de l’ambassade et des invités de la MINUSMA. Selon Yves Robillard, cette rencontre a permis de souligner que les capacités militaires canadiennes, notamment la présence des hélicoptères CH-146 Griffon et CH-147F Chinook, a été particulièrement précieuse lors des sept missions d’évacuations réalisées par les Forces Armées Canadienne.

La délégation a enfin rendu visite aux soldats canadiens à Gao (Mali) pour assister à une démonstration des capacités aériennes et médicales des membres des forces armées. Yves Robillard a retenu le fort degré de préparation de nos forces armées qui sont préparées à intervenir en tout temps pour soutenir la mission internationale.

« Aller à la rencontre de soldats change la perception qu’on a d’une guerre. On prend conscience du courage que ça prend que d’aller au front. Il est difficile de s’en rendre compte depuis chez nous, mais les femmes et les hommes au front font preuve d’une bravoure et d’une ténacité exceptionnelles face à un danger quotidien », soulignait le député de Marc-Aurèle-Fortin, Yves Robillard.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.