Publicité
4 octobre 2019 - 09:00

Conseil municipal du 1er octobre

Le principal groupe d'opposition Action Laval réagit au rejet de ses propositions sur le déneigement

Par Salle des nouvelles

À l’approche de la saison hivernale, le principal groupe d’opposition à la Ville de Laval, Action Laval, a déploré que l’administration Demers n’ait "aucun plan de match en matière de déneigement" et qu’elle se montre "fermée à toute proposition en vue d’éviter le même fiasco que l’hiver dernier".

Lors de la séance du conseil de ville du 1er octobre, l’administration Demers a rejeté l’avis de proposition déposé par les conseillères municipales des districts de Chomedey et de Laval-des-Rapides, Aglaia Revelakis et Isabella Tassoni, bien que cet avis mette de l’avant des solutions concrètes au problème du déneigement en sol lavallois.

 

"L'argent est là, les ressources sont là"

L'hiver 2018-2019 a été particulièrement rude et que les opérations de déneigement ont connu d’importants ratés. Des citoyens se sont notamment trouvés dans l’incapacité de quitter leur domicile, de se déplacer sur les trottoirs ou d’utiliser le transport en commun en raison des rues
impraticables, gelées et lourdement enneigées. De plus, un nombre inhabituel de Lavalloises et de Lavallois ont subi des blessures en raison de l’état des voies publiques. Compte tenu des changements climatiques, ce scénario s’intensifiera d’année en année. La Ville se doit donc de définir une stratégie adaptée à cette nouvelle réalité, de manière à pouvoir agir promptement et à assurer la sécurité de ses citoyens.

« Il est essentiel que la Ville revoit en profondeur sa stratégie de déneigement. Bien qu’Action Laval propose des solutions concrètes et pratiques, Marc Demers a décidé de faire la sourde oreille, sans mettre aucune idée constructive sur la table. Les citoyens sont-ils donc condamnés à revivre le même cauchemar que l’hiver dernier en raison du manque de leadership du maire actuel? », a affirmé Aglaia Revelakis, conseillère municipale de Chomedey.

Isabella Tassoni, conseillère municipale de Laval-des-Rapides, a pour sa part constaté: « La mise en œuvre du processus préconisé par Action Laval ne dépend que du bon vouloir de  l’administration en place, mais M. Demers et son équipe ont démontré qu’ils préféraient l’inaction et que les besoins des citoyens leur importaient peu. L’argent est là, les ressources sont là.  Seule la volonté politique n’y est pas. La population lavalloise sera malheureusement celle qui fera les frais de cette attitude cavalière de M. Demers et de ses troupes ».

 

Cinq propositions détaillées

Dans son avis de proposition, Action Laval émettait cinq proposition : que la neige soit enlevée dans les quatre jours suivant une précipitation majeure ou mineure si un redoux est prévu. Ensuite, l'opposition évoquait le déglaçage des rues dont le niveau de glace au centre est supérieur à trois pouces, par tout moyen jugé nécessaire, en quatre jour. 

Les accès aux transports en commun, comme les arrêts d’autobus, et les voies réservées doivent également être déneigés et déglacés selon Action Laval, à l’intérieur des deux jours suivant une précipitation majeure ou mineure en cas de redoux, et ce, même si la voie publique sur laquelle ils se trouvent n’est pas considérée comme étant dans une zone prioritaire. Le nettoyage des trottoirs au niveau du béton minimalement 20 jours par mois ainsi que l'identification des puisards d'égouts problématiques, puis leur déglaçage et nettoyage chaque semaine suivant la première tempête sont les dernières réquisitions souhaitées.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.