Publicité
22 novembre 2019 - 12:00

Demande d'intervention au gouvernement

55e assemblée annuelle des Métallos: la prévention pour tous avant tout

Par Salle des nouvelles

À l’aube du dépôt attendu d’un projet de réforme du régime de santé et de sécurité du travail, les 500 délégués métallos des quatre coins du Québec, réunis en assemblée annuelle au Sheraton Laval, pressent le gouvernement d’implanter enfin les mécanismes de prévention dans tous les milieux de travail.

Le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau, a lancé: « Il y a chaque année trois fois plus de décès des suites du travail que de victimes de meurtre. Et pourtant, les gouvernements qui se sont succédé depuis 1979 ont lambiné sur l’implantation des mécanismes de prévention dans tous les milieux de travail. Ça suffit! »

226 personnes décédées en 2018 du fait d'accidents du travail

« Nous nous attendons à ce que le ministre du Travail y remédie dans sa réforme. Là où les mécanismes de prévention ont été appliqués depuis 40 ans, on a vu une diminution des accidents et des décès. Ne ratons pas le bateau avec la prochaine réforme », a-t-il poursuivi, précisant que 226 personnes sont décédées des suites du travail en 2018, alors que 83 personnes ont succombé à un homicide.

Pourtant seulement 11,6 % des travailleurs québécois bénéficient des quatre mécanismes de prévention prévus par la loi, ce que dénonçait d’ailleurs plus tôt cette année le rapport du Vérificateur général du Québec.

Ces quatre mécanismes impliquent une participation des travailleurs. Il s’agit du comité de santé et sécurité paritaire, du représentant à la prévention, du programme de prévention et du programme de santé spécifique à l’établissement (inclus dans le programme de prévention).

Une taxe carbone aux frontières

Au cours de l’assemblée, il a également été question de l’environnement et de la réduction des GES en secteur industriel. Les Métallos estiment que les gouvernements doivent soutenir la modernisation du secteur industriel pour améliorer leur bilan carbone.

Ils réclament également une taxe carbone aux frontières pour rétablir l’équité entre des produits fabriqués au pays de façon moins polluante et d’autres provenant de pays aux normes environnementales plus laxistes.

« Si les industries d’ici font des efforts, elles ne doivent pas se faire damer le pion par des produits provenant d’ailleurs dont la fabrication implique beaucoup plus de GES et qui sont transportés sur des bateaux géants tout autant polluants. La fiscalité doit permettre de rétablir l’équilibre », fait valoir Alain Croteau.

Ce matin, il a aussi été question de la pénurie de main-d’œuvre et de ses effets sur les conditions de travail. « Les entreprises doivent envisager des hausses de salaire plus importantes et améliorer les conditions de travail. Il en va de leur compétitivité », a-t-il conclu.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.